Seth Messenger .fr
Imaginaire en cours de chargement...

Quelques histoires courtes pour vous évader grâce à http://www.sethmessenger.fr
#Science-Fiction #Fantastique #Anticipation.
Et bien plus..
©2021 – Tous droits réservés, Philippe Jouy a.k.a Seth Messenger.
Sommaire
Citations
Temps de lecture estimé :

Seth Messenger : Citations de Jean Dion

Jean Dion a dit :

(Langue maternelle)
Changer
Jean Dion
(Citations)
#12499
« Le mot "concret" a ceci de particulier que plus on l'évoque, plus il est abstrait. »
Jean Dion (Le Devoir - 24 Février 2000)


#12500
« Dans les communiqués émanant du gouvernement, lorsqu'on se réjouit de, on n'y est pour rien et lorsqu'on déplore que, on n'y peut rien. »
Jean Dion (Le Devoir - 25 Janvier 2000)


#12501
« La pub peut tuer. C'est d'ailleurs l'un de ses objectifs : tuer le citoyen responsable, annihiler ses mécanismes de défense, le convaincre que le sens vient de l'objet, qu'il n'en a pas assez, qu'il n'en aura jamais assez. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Février 1999)


#12502
« Que doit penser Dieu des bigots qui pensent savoir ce qu'Il pense ? »
Jean Dion (Le Devoir - 19 Octobre 1999)


#12503
« A force de s'épandre sur les détails et de chercher l'introuvable, on finit par rater l'essentiel. »
Jean Dion (Le Devoir - 27 Juillet 2002)


#12504
« Le drame réel et insoutenable est que la femme épouse l'homme en espérant qu'il va changer, et il ne change pas, alors que l'homme épouse la femme en espérant qu'elle ne changera pas, et elle change. »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Décembre 2001)


#12505
« Personne ne gagne rien à critiquer ; c'est fatigant et cela aigrit l'âme du juste. »
Jean Dion (Le Devoir - 21 Décembre 1997)


#12506
« Un poète c'est tout en intériorité, ça se révèle dans la fluidite des mots, ce n'est pas une image qui dit regarde-moi dans les yeux sur le pont. »
Jean Dion (Le Devoir - 15 Avril 1999)


#12507
« A force de se faire dire qu'on est des tout-nus, peut-on finir par avoir vraiment froid ? »
Jean Dion (Le Devoir - 25 Mars 1999)


#12508
« L'histoire est un roman d'aventures, sanglant certes, mais toujours grand ouvert. »
Jean Dion (Le Devoir - 9 Décembre 2000)


#12509
« La société des loisirs est coincée entre une moitié de gens qui se plaignent de trop travailler et une autre moitié qui se plaignent de ne pas travailler assez. »
Jean Dion (Le Devoir - 30 Décembre 1999)


#12510
« Pourquoi après une mort, y a-t-il un espace systématique de mensonge sur la vertu et la valeur du disparu ? Pourquoi ce qui valait avant ne vaudrait-il pas après ? »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Juillet 1999)


#12511
« Si le ridicule tuait, les rues seraient jonchées de cadavres. »
Jean Dion (Le Devoir - 28 Juin 1997)


#12512
« N'est-ce pas la plus noble, la plus gratuite des activités que celle d'écrire pour ne pas être lu ou de parler en sachant que personne ne nous écoute ? »
Jean Dion (Le Devoir - 9 Décembre 1999)


#12513
« C'est beaucoup de choses l'image : une belle gueule, un beau parler, une poignée de main ferme, un regard droit, du linge bien repassé, l'air d'avoir toujours envie de se trouver là où on est et de penser profondément ce que l'on dit. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Mai 2000)


#12514
« A égalité avec millénaire et tendance, le mot extrême est le plus indigestiblement charrié de cette époque qui ne serait probablement pas aussi formidable si elle n'était d'abord la nôtre. »
Jean Dion (Le Devoir - 6 Février 2001)


#12515
« Chassez la contrariété, elle reviendra vous hanter à la une des journaux. »
Jean Dion (Le Devoir - 13 Septembre 1997)


#12516
« La Cour a ses raisons que la démocratie est juste assez imbécile pour ignorer. »
Jean Dion (Le Devoir - 17 Septembre 1998)


#12517
« Le seul allié des jeunes générations n'a toujours été que le temps, celui de vieillir un peu. »
Jean Dion (Le Devoir de Montréal - 17 mai 2001)


#12518
« Au royaume des petits caractères, les microscopes sont rois. Et nous vivons, condamnés à la myopie par la loi, dans une société de notes de bas de page. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Mars 1999)


#12519
« L'euphémisme, ça doit être sa raison d'être, adoucit les relations humaines. »
Jean Dion (Le Devoir - 3 Août 2000)


#12520
« Le remplisseur de formulaire est un exhibitionniste qui autorise tout, y compris et surtout l'incontournable croisement des données qui permettra de le prendre au tournant. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Mars 1999)


#12521
« La santé ressemble de plus en plus au sport :On en parle tous les jours aux nouvelles même s'il n'y a rien de particulièrement intéressant à raconter. »
Jean Dion (Le Devoir - 27 Janvier 2000)


#12522
« Un bonheur vient rarement sans le malheur correspondant qui est la substance de toutes choses. »
Jean Dion (Le Devoir - 10 Août 2000)


#12523
« La politique est l'art d'oublier que la véritable sincérité ne consiste pas à dire tout ce que l'on pense, mais à penser tout ce que l’on dit. »
Jean Dion (Le Devoir - 25 Novembre 1999)


#12524
« Nous sommes plusieurs, et même plus, à chérir le temps d'avant l'angoisse, d'avant le danger qui surgit partout, à aimer avoir été petits. »
Jean Dion (Le Devoir - 25 Février 1999)


#12525
« Le jeu des conjectures vaut-il la chandelle de la déconvenue ? »
Jean Dion (Le Devoir - 20 Janvier 2001)


#12526
« Dieu que c'est intense l'existence quand ça veut. Si seulement ça voulait plus souvent. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Janvier 2001)


#12527
« On n'a jamais autant parlé, ne serait-ce que pour affirmer qu'on ne peut plus rien dire. »
Jean Dion (Le Devoir - 17 Septembre 1998)


#12528
« De la vie en général au sport en particulier, il n'y a qu'un pas, qu'il n'est pas besoin d'être capable de faire le grand écart pour franchir. »
Jean Dion (Le Devoir - 8 Mai 1999)


#12529
« On n'explique jamais autrement que par des dispositions personnelles les qualités humaines, la générosité, la charité, l'art de faire de bonnes patates frites. Pourquoi, en revanche, faut-il que les défauts soient toujours imputés à des agents exogènes ? »
Jean Dion (Le Devoir - 29 Avril 1999)


#12530
« L'être stoïque sait que la vie moderne n'est qu'une série de moments pendant lesquels on attend de passer à la caisse. »
Jean Dion (Le Devoir - 12 Novembre 1998)


#12531
« Les médias n'aiment rien de mieux que de faire étalage de la "subversion" pour faire oublier qu'ils la récupèrent. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Mai 2000)


#12532
« Parce qu'il est l'ennemi du pouvoir et le commencement de la sagesse, le doute est la seule approche philosophique raisonnable, quoiqu'il soit tout à fait légitime d'en douter. »
Jean Dion (Le Devoir - 16 Décembre 1999)


#12533
« S'ils arrêtaient de penser que le sport professionnel est un service essentiel, ils auraient peut-être moins l'impression qu'on se moque d'eux, les amateurs. »
Jean Dion (Le Devoir - 13 Septembre 1997)


#12534
« Tout comme nos amies les entreprises ne consacreraient pas des milliards à la publicité si elle ne rapportait pas encore plus, la classe politique fait rarement dans la gratuité. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Mai 2000)


#12535
« Il ne suffit pas d'etre heureux, encore faut-il savoir qu'on l'est. »
Jean Dion (Le Devoir de Montreal - 10 mai 2001)


#12536
« N'abusons de rien, sauf de la modération. »
Jean Dion (Le Devoir - 10 mai 2001)


#12537
« Ne pas être à la mode est la meilleure façon de ne pas se démoder. »
Jean Dion (Le Devoir - 21 juin 2001)


#12538
« Le judo est comme l'amour : il arrive que ça ne dure pas longtemps et l'essentiel se joue à l'horizontale dans un enchevêtrement de membres. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 juillet 2001)


#12539
« On a beau être un client, l'attente nous rabaisse au rang de simple pion, insignifiant interchangeable, dont la valeur ne tient qu'au numéro qu'il a pris. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Février 1999)


#12540
« La langue de coton se distingue de son homologue de bois, dure et soviétique, par son côté rassurant, chaud, moelleux, qui fait oublier sa totale insignifiance. »
Jean Dion (Le Devoir - 10 Décembre 1998)


#12541
« Un indécis mou est un électeur qui n’est pas sûr de ne pas être décidé. »
Jean Dion (Chroniques)


#12542
« Les apparences, on ne le sait que trop, ont cette faculté d'être aussi trompeuses qu'un politicien en campagne électorale. »
Jean Dion (Liberté - Octobre 1998)


#12543
« Les comparaisons historiques sont toujours trompeuses. »
Jean Dion (Le Devoir - 1er Avril 1999)


#12544
« Si l'humain n'a pas de pépin particulier, il en invente, ou les médias en inventent pour lui. »
Jean Dion (Le Devoir - 17 Février 2000)


#12545
« Le sport est en apparence simple, simpliste même : deux camps, une bataille, un gagnant, un perdant, et le lendemain on recommence. »
Jean Dion (Le Devoir - 1er Mars 1997)


#12546
« Les assurances sont un exemple de service conçu pour faire le plus souvent possible le contraire de ce pour quoi il est conçu, à savoir dédommager. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Mars 1999)


#12547
« Le gadget mène le monde, et le Japon mène le gadget. »
Jean Dion (Le Devoir - 10 Août 2000)


#12548
« La politique est devenue une pub, une mise en scène, un affrontement entre vendeurs où la cravate et la belle robe camouflent efficacement la vacuité et l'ineptie du discours. »
Jean Dion (Le Devoir - 3 Avril 1997)


#12549
« Ecrire n'importe quoi. C'est comme ça qu'on devient devin. Ou expert, on ne sait jamais. »
Jean Dion (Le Devoir - 11 janvier 2000)


#12550
« Il n'y a rien comme un étalage de livres pour prendre conscience de la brièveté de la vie. »
Jean Dion (Le Devoir - 25 Novembre 1999)


#12551
« Celui qui se sent surveillé devient cent fois plus paranoïaque et dangereux que celui qui l'est réellement. »
Jean Dion (Le Devoir - 16 Septembre 1999)


#12552
« Il est plus aisé, et éminemment plus scientifique, de traquer le passé que d'esquisser l'avenir. »
Jean Dion (Le Devoir - 2 Septembre 2000)


#12553
« Le golf est zen quand on laisse à d'autres le soin d'y jouer. »
Jean Dion (Le Devoir - 29 Août 2000)


#12554
« L'authentique scandale, c'est que des gens croient encore que la publicité c'est vrai. »
Jean Dion (Le Devoir - 29 Août 2000)


#12555
« Les morts sont toujours grands. Ce n'est pas sans conséquence : on pourrait en déduire que, pour être petit, il faut être vivant. »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Juillet 1999)


#12556
« On peut agir sur la télé, sur le gouvernement ; on reste impuissant devant l'âme. »
Jean Dion (Le Devoir - 29 Avril 1999)


#12557
« A notre époque de communications à la vitesse de l'éclair, de télémachins et autres trucs finissant en el, une lettre, c'est devenu rare. »
Jean Dion (Le Devoir - 12 Novembre 1998)


#12558
« L'empathie est une vertu publique obligée alors que l'indifférence est un vice privé. »
Jean Dion (Le Devoir - 7 Janvier 1999)


#12559
« Nous plaçons régulièrement la classe politique sous le plancher de la cave dans notre estime collective, et au bout du compte, nous allons tout de même courir la réélire. »
Jean Dion (Le Devoir - 2 Novembre 2000)


#12560
« Il en va de la politique comme du reste, ça a toujours l'air mieux dans les catalogues. »
Jean Dion (Le Devoir - 23 Novembre 2000)


#12561
« Nous vivons dans une société qui valorise la précision, mais qui s'accommode d'une démocratie floue. »
Jean Dion (Le Devoir - 16 Novembre 2000)


#12562
« Le temps est notre prison. Il peut aussi être notre piste de décollage. »
Jean Dion (Le Devoir - 9 Décembre 2000)


#12563
« Notre époque obsédée par l'instantanéite est myope. Elle croit avoir tout inventé et être l'aboutissement de tout et elle regarde le passé d'un oeil au mieux condescendant. »
Jean Dion (Le Devoir - 10 Décembre 2000)


#12564
« D'une manière générale, l'humain éprouve peu de plus vifs plaisirs que celui d'apprendre une nouvelle à quelqu'un. »
Jean Dion (Le Devoir - 2 Septembre 1999)


#12565
« La personne qui achète un billet de loterie le lundi en vue d'un tirage le vendredi a deux fois plus de «chances» de mourir avant le tirage que de gagner le gros lot. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Février 1999)


#12566
« Peut-on devenir paranoïaque à force de penser que les autres pensent que nous le sommes ? »
Jean Dion (Le Devoir - 30 Septembre 1999)


#12567
« Le quotient intellectuel d'une foule est égal à celui du plus imbécile de ses membres. »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Avril 2000)


#12568
« Le dimanche soir, l'un des pires moments que l'on puisse imaginer : encore en congé mais déjà au travail, toute la force du capitalisme à l'oeuvre. »
Jean Dion (Le Devoir - 28 Octobre 1999)


#12569
« Montrez-moi quelqu'un qui dit toujours la vérité et je vous montrerai quelqu'un que tout le monde déteste. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Mai 2000)


#12570
« Si la vérité fait mal, alors vivons dans la douleur plutôt que dans les chimères. »
Jean Dion (Le Devoir - 20 Mai 2000)


#12571
« L'avènement du cyberespace a eu pour principale conséquence d'abaisser le seuil de patience de l'humain postmoderne à un dixième de seconde. »
Jean Dion (Le Devoir - 11 Mai 2000)


#12572
« Parfois, le plus gros problème dans une question, c'est la réponse. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Mai 2000)


#12573
« L'écoute reste la grande oubliée de notre société moderne en pleine révolution des communications. »
Jean Dion (Le Devoir - 25 Mai 2000)


#12574
« Dans la vie, il y a deux drames : la naissance et la mort ; entre les deux, tout est à se rouler par terre. »
Jean Dion (Le Devoir - 13 Avril 2000)


#12575
« Il n'y a pas grand-chose dans cette vie qui soit vraiment garanti une fois qu'on a lu les petits caractères en bas de page. »
Jean Dion (Le Devoir - 25 Mai 2000)


#12576
« L'argent mène le monde par le bout du nez même s'il n'a pas d'odeur. »
Jean Dion (Le Devoir - 19 Juin 2000)


#12577
« L'histoire, à l'instar de bien d'autres choses que nous nous abstiendrons de nommer pour éviter des poursuites en diffamation, est toujours plus belle de loin. »
Jean Dion (Le Devoir - 8 Juin 2000)


#12578
« Wimbledon : même les interminables délais imputables à la pluie londonienne font partie de sa personnalité. »
Jean Dion (Le Devoir - 24 Juin 2000)


#12579
« Nous croyons aux coïncidences, mais pas lorsqu'elles se produisent en même temps. »
Jean Dion (Le Devoir - 24 juin 2000)


#12580
« On oublie, dans le classement des grands événements ayant marqué le millénaire, d'inclure la vogue des classements. »
Jean Dion (Le Devoir - 23 décembre 1999)


#12581
« Quand tu vas voir du divertissement et qu'il y a de l’obscénité, c'est de l'obscénité ; quand tu vas voir de l'obscénité et qu'il y a de l'obscénité, c'est du divertissement. »
Jean Dion (Le Devoir - ber Avril 2000)


#12582
« Il est bon de se frotter à la gloire, il paraît qu'il en reste toujours un peu de collée. »
Jean Dion (Le Devoir - 7 Novembre 1997)


#12583
« A propos du sport professionnel : tant et aussi longtemps que l'opium moderne du peuple fera planer, on se bousculera pour en acheter. Et les vendeurs riront jusqu’à la banque. »
Jean Dion (Liberté - Octobre 1998)


#12584
« Nous voulons tellement manquer de temps qu'il est devenu ringard de laisser paraître qu'on en a. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Février 1999)


#12585
« Nous devrions tous songer beaucoup plus souvent à la mort. Paradoxalement, ça aide a vivre. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Novembre 1999)


#12586
« On est tellement pressés d'aller on ne sait où faire on ne sait quoi, chaque minute d'attente prend des allures d'éternité perdue. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Février 1999)


#12587
« On est toujours le con de quelqu'un, et tant pis pour lui. »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Juin 1999)


#12588
« Il en est parmi nous qui, bien que non génétiquement prédestinés à la gadoue, y pataugent plus souvent qu'à leur tour. »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Juin 1999)


#12589
« Il est dans la nature humaine de goûter le malheur d'autrui, ne serait-ce que pour se donner l'illusion de son propre bonheur. »
Jean Dion (Le Devoir - 28 Octobre 1999)


#12590
« L'ironie : cette étincelle d'intelligence dont l'humain se réclama jadis pour s'autoriser à non plus seulement craindre Dieu mais aussi à lui sourire en coin. »
Jean Dion (Le Devoir - 17 Septembre 1998)


#12591
« Le sport, activité noble qui, à l'instar du rire, de la philatélie, de la cuisine au bain-marie et du cybersexe, permet à l'humain de dépasser son animalité. »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Avril 2000)


#12592
« S'attaquer aux fumeurs est devenu le chic du chic de la rectitude politique. Cela s'appelle de l'opportunisme. »
Jean Dion (Le Devoir - 23 Septembre 1999)


#12593
« Comme autrefois le diable, comme aujourd'hui la société, ce n'est jamais notre faute, le coupable est toujours ailleurs, hors de soi. Et très puissant. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Mars 1999)


#12594
« Pourquoi n'entend-on jamais parler de l'imbécile malheureux ? »
Jean Dion (Le Devoir - 22 Juin 1999)


#12595
« La richesse, le confort et, accessoirement, l'ineptie d'une nation se mesurent aux sujets de préoccupation de ses élites. »
Jean Dion (Le Devoir - 11 Février 1999)


#12596
« Les grandes douleurs sont muettes, les petites colères sont une source incomparable de solidarité. »
Jean Dion (Le Devoir -10 Janvier 1997)


#12597
« Les campagnes électorales sont une excellente occasion de dire n'importe quoi, que ne surpassent peut-être que les lendemains d'élections. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Juin 1997)


#12598
« Le doute agace prodigieusement. Le monde aime mieux des moitiés de certitudes et croire à n'importe quoi. »
Jean Dion (Le Devoir - 16 Décembre 1999)


#12599
« Les athlètes, contrairement aux artistes, ne disent jamais qu'ils aiment leur public. »
Jean Dion (Le Devoir - 13 Septembre 1997)


#12600
« Les meilleures transactions sont souvent celles que l'on ne fait pas. »
Jean Dion (Le Devoir - 7 Décembre 1996)


#12601
« Si l'enfer existe, c'est une salle d'attente avec des magazines de l'année passée. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 février 1999)


#12602
« Le bon peuple se satisfait du bonheur par procuration. »
Jean Dion (Le Devoir - 2 Novembre 1997)


#12603
« Paradoxalement maîtresse du jetable, de l'éphémère et de l'instantané, notre époque commémore beaucoup. »
Jean Dion (Le Devoir - 13 Avril 1999)


#12604
« Le cricket, inventé par les dieux lorsqu'ils en eurent marre d'être perclus de stress par le rythme endiablé du base-ball. »
Jean Dion (Le Devoir - 23 Août 1997)


#12605
« Pourquoi mépriserait-on la passion pour le sport alors même qu'on encense celle pour l'art, la philosophie ou la science ? »
Jean Dion (Le Devoir - 1er Mars 1997)


#12606
« L'homo sapiens postmoderne fait face à un dilemme de taille : être blasé ou s'étonner constamment. »
Jean Dion (Le Devoir - 17 janvier 1999)


#12607
« Le principe de l'évolution est beaucoup plus rapide en informatique que chez le bipède. »
Jean Dion (Le Devoir - 10 Mai 1997)


#12608
« S'il est vrai qu'il est plus facile pour un chameau de passer à travers le chas d'une aiguille que pour un riche d'entrer au Royaume des cieux, un constat s'impose : il n'y a pas de sport professionnel au paradis. »
Jean Dion (Le Devoir - 27 septembre 1997)


#12609
« Les chiffres sont aux analystes ce que les lampadaires sont aux ivrognes : ils fournissent bien plus un appui qu'un éclairage. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 juin 1997)


#12610
« La poésie a été inventée pour donner un visage honorable à la mort. »
Jean Dion (Le Devoir - 30 novembre 1999)


#12611
« Le sport est bien affaire de frissons. »
Jean Dion (Le Devoir - 24 décembre 1999)


#12612
« Ceux qui prétendent vivre totalement au jour le jour sont de fieffés menteurs. »
Jean Dion (Le Devoir - 30 Décembre 1999)


#12613
« La différence essentielle entre un jeune con et un vieux con réside dans le temps qu'il leur reste à être cons. »
Jean Dion (Le Devoir - 23 Septembre 1999)


#12614
« Les Sceptiques sont un caillou dans la chaussure de l'humanité en marche vers la crédulité. »
Jean Dion (Le Devoir - 16 Décembre 1999)


#12615
« Certains jours, les bulletins d'informations devraient être décommandés pour cause de "rien". »
Jean Dion (Le Devoir - 28 Octobre 1999)


#12616
« Depuis que Thomas a demandé à Jésus la possibilité de toucher, le doute est sérieusement déconsidéré. »
Jean Dion (Le Devoir - 16 Décembre 1999)


#12617
« Dans le sport professionnel actuel, il est deux certitudes : sans fric, on ne va nulle part, mais avec du fric, on ne va pas nécessairement quelque part. »
Jean Dion (Le Devoir - 7 Décembre 1999)


#12618
« Les gens reprochent souvent aux médias de ne pas rapporter de bonnes nouvelles, oubliant commodément que plus on carbure à la catastrophe, plus on vend. »
Jean Dion (Le Devoir - 28 Octobre 1999)


#12619
« Il devrait se munir d'un copyright, le hasard ; il en ferait des sous avec toutes ces coïncidences. »
Jean Dion (Le Devoir - 14 Décembre 1999)


#12620
« La pub nous traque, nous matraque, nous a à l'usure, finit toujours par obtenir qu'on lui dise "oui" juste pour avoir la paix. »
Jean Dion (Le Devoir - 4 Février 1999)


#12621
« Il est fondamental de chercher des causes ; il est devenu fréquent d'en inventer. »
Jean Dion (Le Devoir - 18 Mars 1999)


#12622
« Le journalisme est une discipline hautement inexacte dont les postulats n'existent pas, ou existent en quantité si grande que cela ne veut rien dire. »
Jean Dion (Le Devoir du 19 janvier 1998)


#12623
« Peut-être qu'à force de retenir le pire, on finit par oublier le meilleur. »
Jean Dion (Le Devoir - 8 Avril 1999)


#12624
« Le sport, c'est aussi le hooliganisme, des énergies considérables canalisées dans la bêtise. »
Jean Dion (Le Devoir - 1er Mars 1997)


?
Vous souhaitez en savoir plus sur Jean Dion ? Alors vous devriez probablement jeter un oeil par ici..

Le contenu de cette page a été mis à jour pour la dernière fois le samedi 12 juin 2021.
Il était alors 17:05:59 (Heure de Paris, France, planète Terre - Univers Connu).
mandarin : 你的预感 | français : Mon Ange | anglais : My angel | mandarin : 拉兰德 | espagnol : Una corazonada de ti | allemand : Neuigkeiten hinter der Scheibe. | anglais : To the wrath of the righteous | français : Une intuition de toi | français : Qui est Seth Messenger ? | mandarin : 正义的愤怒 | anglais : You would like to read more? | français : Mon nom est Pierre | français : Patience | anglais : A hunch of you | anglais : The Wait | allemand : Wer ist Seth Messenger? | allemand : Mein Engel | anglais : New beginning | allemand : Die Lande | espagnol : Mi nombre es Peter | allemand : Auf die Wut des Gerechten | espagnol : La Lande | français : Aux colères du juste | espagnol : ¿Quién es Seth Messenger? | anglais : My name is Pierre | mandarin : 来自玻璃后面的消息 | espagnol : Va a pasar cerca de ti. | français : Ca arrivera près de chez vous | espagnol : Nuevo comienzo | allemand : Neuer Anfang | anglais : Who is Seth Messenger? | mandarin : 耐心 | anglais : The Moor | allemand : Geduld | espagnol : Paciencia | anglais : It's going to happen near you | mandarin : 我的天使 | français : La Lande | espagnol : A la ira de los justos | mandarin : 我叫彼得 | espagnol : Noticias desde detrás del cristal | anglais : News from behind the glass | mandarin : 你想多读些吗? | allemand : Mein Name ist Pierre. | allemand : Möchten Sie mehr lesen? | français : Nouveau départ | espagnol : Mi ángel | français : Vous aimeriez en lire d'avantage ? | allemand : Es wird in Ihrer Nähe passieren. | mandarin : 赛斯信使是谁? | français : Des nouvelles de derrière la vitre | espagnol : ¿Le gustaría leer más? | allemand : Eine Ahnung von dir | mandarin : 它会发生在你附近。 | mandarin : 新开始 |
Vous êtes déconnecté(e).
Connectez-vous pour accéder à l'intégralité des contenus et services offerts par ce site.
Ca arrivera près de chez vous
(0% lus)
aa AA {}
Qui est Seth Messenger ?
Langue (français)
Seth Messenger .fr
" Sois le changement que tu souhaites voir en ce monde." (Ghandi)
Histoires courtes
Citations
Emissions
Connectez-vous pour accéder à tous les contenus gratuitement. Pas encore inscrit, n'hésitez pas, c'est gratuit. Inscription.
Vous êtes connecté sur ce site et pouvez donc accéder librement à l'intégralité de ses contenus et fonctionnalités. Merci pour votre confiance et bonne lecture !
Déconnexion.


Sommaire
Texte Texte Quote Code Image
Inscrivez-vous en quelques secondes, c'est gratuit !
Votre prénom :
Votre nom :
Votre mail :
Inscription
Chargement en cours..
sethmessenger.fr
Version Française English Version
Traduction Header
..
Adm
Trad Inactive
HideW