Seth Messenger .fr
Imaginaire en cours de chargement...

Quelques histoires courtes pour vous évader grâce à http://www.sethmessenger.fr
#Science-Fiction #Fantastique #Anticipation.
Et bien plus..
©2021 – Tous droits réservés, Philippe Jouy a.k.a Seth Messenger.
Sommaire
Citations
Temps de lecture estimé :

Seth Messenger : Citations de Hervé Le Tellier

Hervé Le Tellier a dit :

(Langue maternelle)
Changer
Hervé Le Tellier
(Citations)
#37863
« Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38037
« Le président américain reste immobile, comme sonné. Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38038
« Une blague juive dit que Dieu relit fréquemment la Torah pour tenter de comprendre ce qui se passe dans ce monde qu'il a créé. »
Hervé Le Tellier


#38039
« -J'ai une devinette, [...] -Les pauvres en ont, les riches en ont besoin, et si on en mange, on meurt. p262 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38040
« Miesel, qui peut sembler absent et distant, a la réputation d'un homme d'humour, malgré tout. Mais un homme d'humour digne de ce nom ne l'est-il pas toujours, "malgré tout"? p26 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38041
« ... le succès à cinquante ans, c’est la moutarde qui arrive au dessert. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38042
« La nostalgie est une scélérate. Elle laisse croire que la vie a du sens. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38043
« Il lui demanda, en bafouillant, comment traduire "crème anglaise" en anglais, puisque french cream est la chantilly. [...] Elle avait ri, poliment, avait répondu Ascot cream d'une voix rauque qui lui avait paru féerique, et elle était retournée à sa table rejoindre des amies. Il lui fallut du temps pour réaliser qu'Ascot, comme Chantilly, était un hippodrome, mais anglais. p27 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38044
« L'espoir nous fait patienter sur le palier du bonheur. Obtenons ce que nous espérions, et nous entrons dans l'antichambre du malheur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38045
« Joanna a toujours cru aux bienfaits du dehors, elle n’a jamais douté que le vent, le ciel, les nuages apportaient des réponses comme les cigognes des bébés. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38046
« Si l'Afrique toute entière est un enfer pour les homosexuels, le Nigeria est son neuvième cercle. Il y a la loi, qui les menace de quatorze années de prison, il y a la police, qui les pourchasse et leur extorque de l'argent, il y a toute une population qui les rejette, avec répugnance et détestation, abreuvée de haine et de rumeurs par les évêques et prêtres évangélistes au sud, et au nord par les musulmans qui appliquent la charia. Pas un jour sans que des jeunes soient assassinés, lynchés, pas un jour sans qu'un chanteur, un acteur, un sportif, la terreur dans la voix, ne doive se défendre d'être gay. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38047
« ... la liberté de pensée sur internet est d’autant plus totale qu’on s’est bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38048
« Depuis la mort de mon père, il y a plus de trente ans, je gardais toujours dans ma poche une briquette. Ce n’était ni un fétiche, ni un porte-bonheur. Juste quelques grammes de souvenir, presque une habitude. On m’a rendu celle que conservait le Victor qui s’est suicidé, et elles sont désormais deux. J’ai oublié laquelle est laquelle, et je les ai unies. Je ne saurais dire ce qu’elles symbolisent, mais j’ai l’impression d’avoir plus de choix, d’être plus libre que jamais. Malgré tout, je n’aime pas trop ce mot de « destin ». Ce n’est qu’une cible qu’on dessine après coup à l’endroit où s’est fichée la flèche. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38049
« La vérité avec l'amour, c'est que le cœur sait tout de suite et il le crie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38050
« Puis-je vous rappeler cette phrase de Nietzsche ? « Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont. » Là, toute la planète est confrontée à une vérité nouvelle, qui remet en cause toutes nos illusions. On nous envoie un signe, indubitablement. Hélas, penser prend du temps. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38051
« Une goutte fraîche est tombée sur ma main. Je suis retourné m'asseoir près d'Irène. Le trottoir devant nous s'est soudain couvert de petites taches d'un gris sombre. Elles naissaient rondes comme des pièces de monnaie, s'allongeant en larmes sur les pentes. Soudain il y a eu l'éclair, et tout de suite le tonnerre, la brise a fait tinter la ville, l'air lourd s'est coloré de fraicheur. Un bruissement clair est sorti du sol, tout s'est assombri d'un coup et il s'est mis à tomber des trombes d'eau. Vite, elle a envahi la rue, dense et lumineuse, et cette gelée translucide et grelottante reflétait l'argent du ciel. Ç'aurait pu être une de ces pluies de mousson, violentes et douces à la fois, qui lavent la terre. Mais à Lisbonne, nul n'affichait cette nonchalance abattue qui fait les Tropiques. On tentait d'échapper au déluge, on se réfugiait sous les stores des magasins, on rentrait le linge qui pendait aux balcons. p188 »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38052
« l'Okavango. C'est un fleuve africain, un fleuve bien plus long et plus puissant que le Tage ou le Rhône et sa largeur, aux rapides de Popa Falls, dépasse le kilomètre. Il prend sa source en Angola, longe la Namibie avant de pénétrer dans le Botswana. C'est là qu'il rencontre le désert du Kalahari. Il s'enroule alors en méandres, il crée une riche forêt tropicale, façonne un immense delta marécageux et salé que peuplent des milliers de flamants roses. Pendant la saison sèche, on compte des myriades d'îles, formées autour des termitières géants, des buissons touffus. Les dépliants touristiques parlent de marais luxuriant, d'un miracle de l'eau, d'un paradis terrestre. Tous les fleuves coulent vers la mer et la mer n'est jamais remplie, dit l'Ecclésiaste. Ce n'est pas vrai : le Kalahari est immense, et toute l'eau de l'Okavango s'évapore peu à peu, disparaît dans la boue et les sables. L'Okavango n'atteint jamais la mer. Son destin de fleuve ne s'accomplit pas. p227 »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38053
« C'est l'espérance qui nous interdit d'agir, c'est l'espérance qui prolonge le malheur des hommes, puisque, n'est-ce pas, contre toute évidence, "tout va s'arranger". »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38054
« ... l’amour, c’est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l’intelligence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38055
« Un ding assourdi l'alerte d'un mail. Elle lit le prénom d'André et soupire. Elle est en colère, moins parce qu'il insiste que parce qu'il sait qu'il ne devrait pas insister et qu'il ne peut s'en empêcher. Comment peut-il être aussi intelligent et aussi fragile à la fois ? Mais l'amour, c'est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l'intelligence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38056
« Il y a une vie après la mort, surtout celle des autres. (RENCONTRE DU DEUXIEME TYPE) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38057
« La vérité est que le monde entre en quelques heures dans une vacuité de sens. Puisque la religion fournit une réponse doctrinale et fausse, la philosophie se propose d’en donner une abstraite et erronée. (page 300) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38058
« De toute façon, c'est ça que les jeunes Nigérians veulent, qu'on leur vende du rêve, ils veulent boire du champagne dans la voiture de course, ils veulent visiter le penthouse avec vue sur la mer, ils veulent qu'on leur dise qu'ils ont beau se réveiller chaque matin dans leur baraque de tôle pourrie au milieu des pneus abandonnés et des rats crevés, la richesse et la gloire sont au coin de la rue, oui d'accord, pour un sur un million, mais qu'est-ce qu'ils en ont à foutre, puisque ce sera eux, forcément. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38059
« …lorsqu’un ministre de la Santé coupe dans le budget qu’il supprime ici un scanner, là un médecin, là encore un service de réanimation, il se doute bien qu’il raccourcit de pas mal l’existence de milliers d’inconnus. Responsable, pas coupable, air connu. (page 13) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38060
« Aimer évite au moins de chercher sans cesse un sens à sa vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38061
« Depuis - au moins - le roi Arthur et ses chevaliers, la gent militaire aime à se réunir en rond, sans doute parce que le cercle proclame l'égalité des mérites sans rien cacher des réelles hiérarchies. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38062
« Blake fait sa vie de la mort des autres. S'il vous plaît, pas de leçon de morale. Si on veut discuter éthique, il est prêt à répondre statistiques. Parce que- et Blake s'excuse- lorsqu'un ministre de la Santé coupe dans le budget, qu'il supprime ici un scanner, là un médecin, là encore un service de réanimation, il se doute bien qu'il raccourcit de pas mal l'existence de milliers d'inconnus. Responsable, pas coupable, air connu. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38063
« A quarante-trois ans, dont quinze passés dans l'écriture, le petit monde de la littérature lui paraît un train burlesque où des escrocs sans ticket s'installent tapageusement en première avec la complicité de contrôleurs incapables, tandis que restent sur le quai de modestes génies - espèce en voie de disparition à laquelle [il] n'estime pas appartenir. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38064
« Quand je suis arrivé en France, j'ai lu le poème de Voltaire sur le désastre de Lisbonne. Je l'ai même appris par cœur : Direz-vous, en voyant cet amas de victimes : Dieu s'est vengé, leur mort est le prix de leurs crimes ? Quel crime, quelle faute ont commis ces enfants Sur le sein maternel écrasés et sanglants ? [...] Parfois, je me dis que c'est ici en 1755, pendant le tremblement de terre, que Dieu est mort. p48 »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38065
« Il a sorti son carnet, un stylo, il tente de s’abstraire des cris, du bruit, il prend des notes : « Épuisement d’un lieu improbable ». Mais non. Pourquoi marcher à l’ombre de Perec ? Pourquoi ne s’affranchit-il jamais des influences, des figures tutélaires ? Pourquoi, quand il ne craint pas d’être un imposteur, n’est-il qu’un gamin en quête d’adoubement ? Posément, il inscrit « Mode avion ». »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38066
« la séduction a toujours été un savoir-faire commun, la rupture un art majeur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38067
« […] et voilà, d’un coup, les larmes montent, d’un coup brutal, irrépressibles, merde, un cancérologue qui se met à chialer, c’est quoi, ça ? Paul se retourne, il prend un mouchoir en papier, se mouche bruyamment. Un rayon de soleil entre dans le cabinet. Ce n’est pas le meilleur moment, mais qu’il entre, qu’il donne à David sa lumière dorée, c’est un faisceau de vie, un miracle éphémère lorsque ce fichu soleil passe à l’ouest entre les deux gratte-ciel de la Troisième, à 17 h 21, un prodige qui dure douze minutes exactement, hiver comme été. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38068
« Aimer évite au moins de chercher sans cesse un sens à sa vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38069
« Le pire, vous savez ce que c’est ? C’est ... le monde de demain. On a jeté l’éponge, on tente de s’en tirer chacun de son côté, et pourtant personne ne sera sauvé. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38070
« ... si l’argent n’était pas autant surestimé, on lui accorderait moins de valeur… »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38071
« La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38072
« Mamie assurait le ménage, la vaisselle, repassage, les courses, la cuisine, souvent elle m'emmenait à l'école elle venait m'y chercher : elle n'a donc jamais travaillé. p 40 »
Hervé Le Tellier


#38073
« Les tombes sous le soleil ne sont jamais tout à fait mélancoliques. On trouve toujours un peu de vie pour égayer le regard, un brin d'herbe qui miroite, un pinson étourdi qui picore le sol, un scarabée noir aux grosses mandibules qui se traîne sur le gravier. Et puis, quand les tombes ne racontent rien, on ne s'y attarde pas. p125 »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38074
« Dans l’amour maternel, l’égoïsme le plus noir combat avec rage la plus étincelante générosité. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38075
« Victor écrit sans hâte, mécaniquement. Ayant beaucoup lu, traduit, et trop de niaiseries derrière des joliesses, il trouve indécent d’imposer au monde une ânerie de plus. (page 172) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38076
« Autrement dit, le « Je pense donc je suis » du Discours de la Méthode de Descartes est obsolète. C’est plutôt : « Je pense, donc je suis presque sûrement un programme. » Descartes 2.0, pour reprendre une formule d’une topologiste du groupe. (page 169) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38077
« On ne peut forcer personne à être ce qu’il n’est pas. Il faut de la tolérance, il faut de l’amour. Comment peut on croire qu’on sera plus heureux en faisant du mal à d’autres ? (SLIMBOY) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38078
« Le président américain reste immobile, comme sonné. Le mathématicien observe cet homme primaire et il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. (page 206) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38079
« Notre Auber (variations sur le Notre Père): Notre Auber qui êtes Jussieu Que Simplon soit Parmentier Que Ta Volontaires soit Place des Fêtes Que ton Rennes arrive Sur Voltaire comme sur Courcelles Donne-nous Galliéni notre Havre-Caumartin Et ne nous soumets pas à la Convention Cambronne-nous nos Défense Comme nous Odéon à ceux qui nous ont Maraîchers Délivre-nous des Halles Miromesnil »
Hervé Le Tellier


#38080
« La nostalgie est une scélérate. Elle laisse croire que la vie a du sens. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38081
« Dieu, que la connerie suinte de l'esprit religieux. Toute certitude poignarde l'intelligence. Pour faire de la mort une mésaventure parmi d'autres, le croyant a perdu la raison. (...) Sur le point de mourir noyé, je tente de nager, je ne vais tout de même pas prier Archimède. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38082
« - Je pense même que nous devrions lui avouer, pour Lena et moi. J'étais très heureux de la trouvaille de ce "nous" complice. Il ne fallait pas en abuser, surtout pas. Les hommes ont du mal avec le "nous", ou plutôt, leur "nous" finit souvent mal, dans des connivences suspectes. p70 »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38083
« Et au cœur de cet incendie sans fin qui de tout temps a dévoré l’Amérique, dans cette guerre que l’obscur mène à l’intelligence, où la raison recule pas à pas devant l’ignorance et l’irrationnel, Jacob Evans revêt la cuirasse d’ombre de son espérance primitive et absolue. La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. (page 294) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38084
« Il sait malgré tout qu’il suffira qu’une de ses phrases soit plus intelligente que lui pour que ce miracle fasse de lui un écrivain. (page 172) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38085
« L'architecte dresse la liste de ce qui, dans les manières de la jeune femme, l'a peu à peu anéanti, et il en conclut que tout se ramène à la question du corps. Depuis qu'il voit la mort à l'horizon, c'est à dire depuis longtemps, il place le désir au centre de ce qu'il appelle l'amour. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38086
« La mort n’est jamais une chose digne, Victor, elle est toujours solitaire. Mais on peut espérer de ce moment ultime des adieux qu’il serve au moins à ceux qui restent. Si les stoïciens disent vrai, si rien n’existe entre les hommes, ni amour, ni tendresse, ni amitié, mais qu’au contraire le corps est tout, s’il est vrai que toute sensation prend naissance et racine en soi, alors Victor, ce dernier mot n’est pas inutile. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38087
« Pour quitter celui qu'on aime, il faut déconstruire le monde. Joanna June a dû réécrire leur histoire, prendre appui sur des doutes qu'elle avait enterrés, épuiser son attirance pour Aby comme on parvient, en répétant un mot des dizaines de fois, à en assécher le sens. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38088
« C’est l’espérance qui nous interdit d’agir, c’est l’espérance qui prolonge le malheur des hommes, puisque, n’est-ce pas, contre toute évidence, « tout va s’arranger ». Ne peut pas être ce qui ne doit pas être. La vraie question que nous devrions chaque fois nous poser est celle-ci : « En quoi est ce qu’accepter un point de vue donné m’arrange ? » (REMERCIEMENTS) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38089
« ... le petit monde de la littérature lui paraît un train burlesque où des escrocs sans ticket s’installent tapageusement en première avec la complicité de contrôleurs incapables, tandis que restent sur le quai de modestes génies ... »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38090
« Sa première vision de Lagos, du hublot, à travers la nuée brune de pollution, ce furent des kilomètres carrés de taudis collés les uns aux autres, des millions de toitures en tôle rouillée, un quadrillage anarchique, et aussi cet immense embouteillage, coloré en jaune et noir de doryphore par ces milliers de minibus si dangereux qu’on tente de les interdire, en vain. Et chaque été, quand viennent les pluies torrentielles, Lagos rappelle à tous qu’elle signifie « lacs » en portugais. (page 87) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38091
« Peu à peu, face à l’exaltation d’André, à ses bras qui veulent l’enserrer, à ces baisers qu’il lui inflige à tout instant, devant ses amis à qui il veut « absolument la présenter », comme le butin d’une bataille qu’il aurait gagnée, elle recule. Pourquoi les chats qui attrapent les souris refusent-ils de les laisser vivre ? (LUCIE) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38092
« Le monde devait aussi à mon père, un dispositif de nivellement transversal de remorques en stationnement, en particulier des caravanes. brevet EP 0011029A1 P 84 »
Hervé Le Tellier


#38093
« "Au bout du chagrin Une fenêtre ouverte, Une fenêtre éclairée." Paul Eluard, "Et un sourire " Le Phoenix . »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38094
« Deux jours plus tôt, le PsyOp du FBI a communiqué aux services des pays alliés son protocole en cinq points : préparation, information, rencontre, suivi et protection. (page 257) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38095
« Victor Miesel ne manque pas de charme. Son visage longtemps anguleux s’est adouci avec les années, et ses cheveux drus, son nez romain, sa peau mate peuvent évoquer Kafka, un Kafka vigoureux qui serait parvenu à dépasser la quarantaine. Son grand corps est long, encore mince bien que la sédentarité inhérente à son métier l’ait quelque peu empâté. (page 25) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38096
« ... quand on a un marteau, tout finit par ressembler à un clou. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38097
« Les dômes stratosphériques plafonnent à seize kilomètres de hauteur. Il pourrait tenter de se glisser entre deux colonnes, mais ce serait pour se précipiter dans celle qui suit. Le radar météo affiche désormais une longue barre rouge oblique : une muraille d’eau et de glace. (page 51) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38098
« Il lui a écrit, en sachant que c'est inutile, et surtout, disons, contre-productif. Mais quand les piles de la télécommande sont mortes, on appuie toujours plus fort. C'est humain. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38099
« Comment peut-il être aussi intelligent et aussi fragile à la fois ? Mais l’amour, c’est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l’intelligence. (page 34) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38100
« Le président américain reste bouche ouverte, présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde. Page 135. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38101
« Dans leurs échanges, malgré ce qui les sépare - trente-trois ans, deux milliards de dollars en stock-options et un dentier étincelant -, tous deux abusent des prénoms, et cela colore leur conversation d'une touche raffinée d'hypocrisie vénéneuse. Seraient-ils latins qu'ils se tutoieraient. En bourgeois qui se déclare l'ami de son jardinier, Prior s'est persuadé de cette fiction d'amitié, mais Joanna n'est dupe de rien. Elle discerne dans le rictus de Prior cet indicible du Sud qu'il porte sur lui, ces signes et ces nuances symboliques qui imprègnent toutes les relations raciales, elle reconnaît cette posture spontanée qui autorise une riche dame blanche aux cheveux bien mis à offrir à son chauffeur noir le plus radieux des sourires, un sourire d'affection écrasant où se déchiffre son impérieuse certitude de l'infériorité naturelle de ce petit-fils d'esclave, ce sourire empoisonné qui n'a pas bougé d'un pouce depuis Autant en emporte le vent et que toute son enfance Joanna a vu se dessiner sur les visages poudrés des clientes blanches de sa mère couturière. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38102
« Il y a quelques heures, Joanna a écrit ces lettres, en pensant qu'elle ne parviendrait pas à les poster. Elle les a glissées dans son sac, mais elles sont désormais comme un revolver qu'on a commis l'erreur d'acheter. On le cache dans le chevet du lit, mais sa présence encombre peu à peu tout l'espace, devient une obsession, et, parce qu'il réclame maintenant qu'on s'en serve, il finit par faire de nous un meurtrier ou un suicidé. Joanna June n'a pu se résoudre à brûler ces trois lettres, et elles ont exigé d'être glissées dans la boîte. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38103
« Un proverbe indien dit que ceux qui mendient en silence meurent de faim en silence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38104
« Il faudrait maintenant que Lucie négocie avec cette autre... aucune des deux n'est prête à s'immoler sur l'autel de ce sacro-saint "équilibre" de l'enfant dont se gargarisent les pédopsychiatres qui n'y connaissent rien. Dans l'amour maternel, l'égoïsme le plus noir combat avec rage la plus étincelante générosité. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38105
« Toute réalité est une construction, et même une reconstruction. Notre cerveau est scellé dans l'obscurité et le silence de la boîte crânienne, et il n'a accès au monde que par les capteurs que sont nos yeux... Tout ce que nous voyons, sentons, lui est transmis par des câbles électriques, nos synapses... Et le cerveau reconstruit la réalité. Sur la base du nombre de ses synapses, le cerveau fais dix millions de milliards d'opérations par seconde. Bien moins qu'un ordinateur, mais avec plus d'interconnexions. Mais dans quelques années, on arrivera à simuler un cerveau humain, et ce programme arrivera à une certaine conscience... »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38106
« La vérité, avec l'amour, c'est que le coeur sait tout de suite et il crie. Bien sûr, on ne va pas déclarer à la personne qu'on l'aime, comme ça, de but en blanc. Elle ne comprendrait pas. Alors, histoire de se cacher qu'on est déjà son otage, on lui fait la conversation. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38107
« - Joanna, dit Sean Prior, votre cerveau est une cathédrale gothique. Joanna Wasserman soutient le regard de Sean Prior et dissimule sa consternation. Vraiment ? Cathédrale ? Gothique ? Gothique flamboyant, au moins, songe l'avocate. Pourquoi pas le Taj Mahal, les pyramides, ou le Caesars Palace à Las Vegas ? Un instant désarçonnée, elle trouve malgré tout une réponse. - C'est plutôt mieux qu'un cerveau d'homme. - Pardon ? - Simone de Beauvoir. Son père lui disait sans cesse qu'elle avait 'un cerveau d'homme'. [Sean Prior] glousse d'un air entendu, comme s'il était le meilleur pote de Simone, de son père et de son chien. Joanna rit intérieurement. Au mieux, Prior possède une idée vague de qui est cette fichue Simone, mais le patron [américain] d'un géant de la pharmacie qui pèse trente milliards de dollars n'a pas le droit de présenter la moindre faille. Une cathédrale gothique... Quelle pitié. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38108
« Pris au piège, quatre heures durant, dans cette croisière entre le pont de l'Alma et le pont de l'Alma. J'y ai revécu une sorte de résumé parabolique de ma vie d'adolescent, cette sensation aiguë qu'il me faudrait une fois de plus, pour quitter le navire, me jeter à l'eau. P23 »
Hervé Le Tellier


#38109
« Quitte à désespérer de tout, autant le faire en terrasse à Paris. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38110
« À quarante-trois ans, dont quinze passés dans l’écriture, le petit monde de la littérature lui paraît un train burlesque où des escrocs sans ticket s’installent tapageusement en première avec la complicité de contrôleurs incapables, tandis que restent sur le quai de modestes génies – espèce en voie de disparition à laquelle Miesel n’estime pas appartenir. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38111
« Le diable n'existe pas et c'est pourquoi il fait si peur lorsqu'il jaillit de la boîte. p 69 »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38112
« Si un programme désire, aime et souffre, quels sont les algorithmes de l'amour, de la souffrance et du désir ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38113
« -Eh bien, agent senior Gloria Lopez, pour tout vous avouer, le protocole 42 est… comment le formuler… Adrian Miller boit une nouvelle gorgée d’eau, les mots ne lui viennent pas. Il ne peut tout de même pas leur avouer que c’est juste une méchante blague de matheux qui a déjà coûté un demi-million de dollars au contribuable, rien qu’en comptant les vingt ans où l’État a rémunéré deux farceurs pour porter en permanence des portables blindés qui n’auraient jamais dû sonner. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38114
« Et au moins, écrire Victor au lieu de Victør ; pour le référencement Électre, ce serait autrement plus pratique comme graphie, non ? Non. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38115
« - Pensez-vous que nous soyons tous dans une simulation? - Je n'en sais rien. Pour paraphraser Woody Allen, je dirais que si c'est le cas, j'espère que le programmateur a une excuse. Parce que le monde qu'ils ont créé est tout de même une sacrée horreur. Quoique, d'après ce que j'ai compris, ce serait justement nous qui le créons tout seul, justement. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38116
« Oui, Eko Atlantic, cette île artificielle conquise sur l’océan, est une abomination. Ce n’est encore qu’un immense terrain vague, mais deux cent mille hyper-riches de Lagos se réfugieront dans ses gratte-ciel étincelants, protégés de la violence de la mégapole par des ponts gardés par des vigiles armés. Dans ce château-fort, ils auront leur centrale électrique, leur station d’épuration, leurs restaurants, leurs palaces, leurs piscines, leur port de plaisance pour amarrer leurs yachts… page (91) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38117
« La nostalgie est un scélérate. Elle laisse croire que la vie a du sens. Victor s'assied à côté d'elle, aimanté, le propre de l'attraction est de vouloir toujours réduire les distances. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38118
« Le vrai pessimiste sait qu'il est déjà trop tard pour l'être. P 8 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38119
« ... mais la liberté de pensée sur internet et d'autant plus totale qu'on s'est bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38120
« Quitte à désespérer de tout, autant le faire en terrasse à Paris. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38121
« Elle discerne dans le rictus de Prior cet indicible du Sud qu'il porte sur lui, ces signes et ces nuances symboliques qui imprègnent toutes les relations raciales, elle reconnaît cette posture spontanée qui autorise une dame blanche aux cheveux bien mis à offrir à son chauffeur noir le plus radieux des sourires, un sourire d'affection écrasant où se déchiffre son impérieuse certitude de l' infériorité naturelle de ce petit- fils d'esclave, ce sourire empoisonné qui n'a pas bougé d'un pouce depuis Autant en emporte le vent et que toute son enfance Joanna à vu se dessiner sur les visages poudrés des clientes blanches, de sa mère couturière. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38122
« Regardez le changement climatique. Nous n'écoutons jamais les scientifiques. Nous émettons sans frein du carbone virtuel à partir d'énergies fossiles, virtuelles ou non, nous réchauffons notre atmosphère, virtuelle ou non, et notre espèce, toujours virtuelle ou non, va s'éteindre. Rien ne bouge. Les riches comptent bien s'en sauver, seuls, en dépit du bon sens, et les autres en sont réduits à espérer. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38123
« Tous les torrents vont à la mer et la mer n'est pas pleine. Les torrents vont à la mer où ils ne cessent d'aller Ce qui a été, cela sera, ce qui s'est fait, cela se refera : Il n'y a rien de neuf sous le soleil. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38124
« On n’imagine pas ce que les tueurs à gages doivent aux scénaristes de Hollywood. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38125
« Ne pas se poser de questions, ne pas se laisser guider par la colère, choisir le protocole, agir avec méthode. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38126
« Elle lui crie, sans couvrir le vent, de ne pas s'approcher autant du bord. Victor se retourne, lui fait un geste de la main et revient vers elle, souriant: - quelle joie, lorsqu'un ami meurt, de constater qu'une fois de plus, ce n'est pas nous! »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38127
« La vérité est que le monde entre en quelques heures dans une vacuité de sens. La religion fournit une réponse doctrinale et fausse, la philosophie, une abstraite et erronée. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38128
« Les humoristes des émissions matinales s'essaient à des sketches sur la duplication. .- vous savez ce qu'est une simulation, Hillary ? Demande le journaliste à l'animatrice. - Peter, répond la voix de Hillary Clinton, toutes les femmes en Amérique savent ce que c'est que la simulation. »
Hervé Le Tellier


#38129
« La vérité, avec l’amour, c’est que le coeur sait tout de suite et il le crie. Bien sûr, on ne va pas déclarer à la personne qu’on l’aime, comme ça, de but en blanc. Elle ne comprendrait pas. Alors, histoire de se cacher qu’on est déjà son otage, on lui fait la conversation. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38130
« J'ai une devinette, dit Louis. Les pauvres en ont, les riches en ont besoin, et si on en mange, on meurt. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38131
« Un enfant n'a parfois que le choix de la fuite. P 221 »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38132
« Il cherche dans ce visage le sceau de la jeunesse immuable qu’il croit parfois incarner et il ne le voit pas. L’âge est partout, comme un carcan de boue. Il se trouve bouffi, aussi, empâté. Il devrait faire un régime. Décidément, vieillir, ce n’est pas seulement avoir adoré les Stones et se mettre à leur préférer les Beatles. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38133
« Il n'y aura pas de sauveur suprême. Il faut nous sauver nous-mêmes. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38134
« –– Un problème avec ça, Jamy ? –– Aucun, mon général. Je ne connais pas de problème qui résiste à une absence de solution. (p. 214) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38135
« C’est un minuscule jardin japonais. Une haute haie de bambous noirs l’isole des ormes et des bouleaux d’un petit parc à l’anglaise, un ruisseau coule d’une modeste cascade, sillonne entre les pierres claires jusqu’à un étang paisible où nagent des carpes, un chemin de gravillons conduit à un court pont de bois, et l’on accède à une île qui n’a de place que pour deux bancs de pierre. Ceux qui ont conçu ce jardin ont voulu qu’il soit serein, qu’il respire la vie, mais cette béatitude calculée le désigne comme le lieu des dernières promenades. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38136
« Je ne connais pas de problème qui résiste à une absence de solution. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38137
« Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s'intéresse à personne. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38138
« À quarante-trois ans, dont quinze passés dans l’écriture, le petit monde de la littérature lui paraît un train burlesque où des escrocs sans ticket s’installent tapageusement en première avec la complicité de contrôleurs incapables, tandis que restent sur le quai de modestes génies – espèce en voie de disparition à laquelle Miesel n’estime pas appartenir. Pourtant il ne s’est pas aigri ; il a fini par ne plus s’en soucier, accepte de rester assis dans des salons du livre pour n’y signer que quatre ouvrages en autant d’heures ; lorsqu’un confraternel insuccès laisse à son voisin de table des loisirs, ils devisent agréablement. Miesel, qui peut sembler absent et distant, a la réputation d’un homme d’humour, malgré tout. Mais un homme d’humour digne de ce nom ne l’est-il pas toujours « malgré tout » ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38139
« Je n'ai jamais su en quoi le monde serait différent si je n'avais pas existé, ni vers quels rivages je l'aurai déplacé si j'avais existé plus intensément, et je ne vois pas en quoi ma disparition altérera son mouvement. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38140
« On obtient plus de choses en étant armé et poli qu’en étant simplement poli.Signé Al Capone. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38141
« Le journaliste a deux ennemis : la censure et l’information. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38142
« Les gens fatigués sont querelleurs. Les gens épuisés le sont beaucoup moins. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38143
« Le fait d'écrire, dans un dessin ou ailleurs, qu'un suprémaciste blanc manque de matière grise n'est pas une injure, mais une opinion, voire un diagnostic. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38144
« Je pense qu'à chaque fois qu'on a un orgasme on fusille des milliers de neurones, comme pendant une crise d'épilepsie, mais tant pis n'est ce pas? »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38145
« C'est l'espérance qui nous interdit d'agir, c'est l'espérance qui prolonge le malheur des hommes, puisque, n'est-ce pas, contre toute évidence, "tout va s'arranger". »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38146
« On a rarement l'occasion de sauver un amour avant même qu'il soit menacé. p279 »
Hervé Le Tellier


#38147
« Le jour de mon arrivée de la base militaire, tu m'as proposé de nous rendre tous les deux dans ce parc face à ton atelier, sur ce banc où nous avons tellement parlé. Là, tu m'as entourée de tes bras, ma tête s'est coulée contre ton épaule, et tu as posé ta main sur mon ventre. J'ai su tout de suite que le geste t'avait échappé, que c'était un rituel tendre installé entre vous : ta main protégeait ton enfant, votre enfant. Mais il n'y avait rien à protéger dans mon ventre, rien, Aby, il n'y avait que mon désir pour toi, et toi, embarrassé, tu as ôté ta paume, parlé de je ne sais quoi, et tout dans ton regard disait que tu espérais que je n'aie rien deviné. Puis, nous sommes rentrés, et j'étais vide de toute force autant que mon ventre était vide de vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38148
« Je suis britannique, Adrian, je vous préviens, si vous tentez de me violer, je me laisserai faire, et je penserai à la reine »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38149
« Pour paraphraser Woody Allen ,... j'espère que le programmeur à une excuse. Parce que le monde qu'ils ont créé est tout de même une sacrée horreur. Quoique, d'après ce que j'ai compris, ce serait justement nous qui le créons tout seuls, justement. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38150
« Le message est flou, mais la liberté de penser sur Internet est d’autant plus totale qu’on s’est bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38151
« Il lui a écrit, en sachant que c'est inutile, et surtout, disons, contre-productif. Mais quand les piles de la télécommande sont mortes, on appuie toujours plus fort. C'est humain. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38152
« Victor observe toutes ces existences éparpillées, toutes ces anxiétés mouvantes dans la boîte de Petri démesurée qu'est le hangar - quel drôle de mot décidément -, sans savoir à laquelle s'attacher. Il s'abandonne à la fascination d'autres vies que la sienne. Il voudrait en choisir une, trouver les mots justes pour raconter cette créature, et parvenir à croire qu'il s'en est approché assez pour ne pas la trahir. Puis passer à une autre. Et une autre. Trois personnages, sept, vingt? Combien de récits simultanés un lecteur consentirait-il à suivre? p.172 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38153
« Partout dans le monde les talk-shows se multiplient. Et surtout en France, ce pays à la concentration en philosophes médiatiques légendaire. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38154
« Le vrai pessimiste sait qu'il est déjà trop tard pour l'être. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38155
« Je m'éloignai de ma mère, comment on tient à distance un bâton de dynamite ; elle ne fit pas un pas vers moi. Avec Guy, qui la suivait en tout mes relations conservèrent leur tiédeur polaire. p 203 »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38156
« Même pour des actes indignes, il faut un peu de trempe. Sans doute n'aurait-il pas su refuser de monter dans un mirador. p 17 »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38157
« Le président américain reste immobile, comme sonné. Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l'idée désespérante qu'en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38158
« Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l'idée désespérante qu'en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38159
« Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s interesse à personne »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38160
« Une blague juive dit que Dieu relit fréquemment la Torah pour tenter de comprendre ce qui se passe dans ce monde qu'il a créé. P 268 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38161
« Une mouette se pose près de lui et Victor voudrait qu’elle s’approche encore, jusqu’à le toucher de ses ailes pour lui apporter un peu de cette vie primordiale, à lui qui n’est plus que doute. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38162
« Tout le long de la berge, il a fait planter des ginkgos par centaines, pour les contempler, méditer. Cet arbre primitif l’a toujours fasciné. Il existait des millions d’années avant même qu’apparaissent les dinosaures, et il survivra à l’humanité. Une version végétale du « memento mori ». »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38163
« Depuis que dans les soirées nigérianes les dashikis multicolores et les agbadas yorubas traditionnels ont remplacé les tailleurs Versace et les smokings Armani, il faut en faire beaucoup si l’on ne veut pas être invisible. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38164
« Qu'est-ce que ça changerait pour eux, après tout ? Simulés ou non, on vit, on sent, on aime, on souffre, on crée, et on mourra tout en laissant sa trace, minuscule, dans la simulation. A quoi sert de savoir ? Il faut toujours préférer l'obscurité à la science. L'ignorance est bonne camarade, et la vérité ne fabrique jamais du bonheur. Autant être simulés et heureux. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38165
« Le message est fou, mais la liberté de penser sur internet est d'autant plus totale qu'on s'est bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38166
« Quelle joie, lorsqu'un ami meurt, de constater qu'une fois de plus, ce n'est pas nous ! »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38167
« On obtient plus de choses en étant armé et poli qu'en étant simplement poli. Al Capone »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38168
« On n'imagine pas tout ce que les tueurs à gages doivent aux scénaristes de Hollywood. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38169
« La tension était à son comble, avivée par les positions politiques de chaque faction. Des militants de l’Action française criaient qu’on insultait leur intelligence, chose pourtant techniquement impossible […]. »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38170
« Mourir est plus intolérable encore si l’on sait quand. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38171
« Le journaliste a deux ennemis : la censure et l'information, dit sentencieusement Mitnick. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38172
« Voici peu, il a demandé à une femme, pour rire : « Voulez-vous être ma veuve ? » La veuve putative n’avait pas ri. Et pourquoi ses compagnes sont-elles désormais si jeunes ? Ses amis vieillissent avec lui, mais pas les femmes qu’il aime. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38173
« On obtient plus de choses en étant armé et poli qu'en étant simplement poli. Al Capone »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38174
« Il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant les obscurités individuelles, on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38175
« Serge Goupil, toujours aux abonnés absents pour son fils, avait inventé, un magasin pour arbalète sous-marine fonctionnant par dépression, dont il avait déposé le brevet aux États-Unis et il testait l'engin dans sa baignoire. p 84 »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38176
« A quoi tu penses ? Je pense que si on me demandait quels livres j'emporterais sur une île déserte, je citerais des livres que j'ai déjà lus, alors que je ferais mieux de choisir des livres que je n'ai jamais lus. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38177
« S'il a appris une chose, une seule, c'est que les sentiments, la tendresse, le désir doivent aller ou se défaire d'eux-mêmes. Et aussi que l'amour - donnons-lui ce nom par convention - que l'amour, donc, n'est pas un caillou au bord de la route, immobile, venu de nulle part et né de rien. L'amour disparaît, revient, il change, il bouge, il tombe et se redresse alors qu'on le croit mort. »
Hervé Le Tellier (Je m'attache très facilement)


#38178
« Je pense qu'à raison d'un livre par jour, on finit par en lire trois mille en une vie, et que ce ne sont pas forcément sans doute les bons. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38179
« Les êtres qui vont prendre place dans notre vie sont toujours, à la veille de leur rencontre, des inconnus, et l'écrire est moins une naïveté qu'un émerveillement. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38180
« Parfois quand un inconnu indiscret vient à le questionner sur sa vie - un taxi, un coiffeur de province, un voisin de train – Yves s’invente un métier, se fabrique une vie, dans l’impunité de l’anonymat ….Le temps d'une course place d'Italie - rue Montmartre, il devient l'un des spécialistes européens de la cryptobiose des tardigrades. - De la quoi des quoi? dit le taxi - De la cryptobiose des tardigrades. Les tardigrades sont de tout petits animaux pas plus gros qu'une tête d'épingle. Ils sont capables d'expulser toute l'eau de leur corps pour résister à des températures extrêmes dans l'Antarctique : c'est cela, la cryptobiose. Dans cet état, ils peuvent survivre des années, parfois des siècles. Je les étudie depuis vingt-deux ans maintenant. --On vous paye pour ça avec nos impôts? Demande le taxi inquiet." »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38181
« Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s'intéresse à personne. P.81 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38182
« La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une faible lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38183
« Aucune fioriture ne vient ruiner la simplicité de la tour : c’est une perfection conquise par d’incessantes soustractions. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38184
« (...) je n'aime pas trop ce mot de "destin". Ce n'est qu'une cible qu'on dessine après coup à l'endroit où s'est fichée la flèche. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38185
« C'est là. Les genêts ploient sous le vent d'ouest, des albatros planent dans le ciel gris de la Manche. La brume qui monte de la mer délaie les contours des maisons blanches d'Yport, tout en bas.Victor est allongé dans l'herbe haute, et regarde les nuages. Une mouette se pose près de lu et Victor voudrait qu'elle s'approche encore, jusqu'à le toucher de ses ailes pour lui apporter un peu de cette vie primordiale, à lui qui n'est plus que doute. Il se redresse, marche vers la falaise, s'assied au bord du précipice et effleure du doigt la craie blanche, que la pluie a cent fois lavée. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38186
« La vérité, avec l’amour, c’est que le cœur sait tout de suite et il le crie. Bien sûr, on ne va pas déclarer à la personne qu’on l’aime, comme ça, de but en blanc. Elle ne comprendrait pas. Alors, histoire de se cacher qu’on est déjà son otage, on lui fait la conversation. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38187
« Malgré tout, je n'aime pas trop ce mot de "destin". Ce n'est qu'une cible qu'on dessine après coup à l'endroit où s'est fichée la flèche. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38188
« En additionnant des obscurités individuelles, on obtient rarement une lumière collective (p. 206) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38189
« Mais l’amour, c’est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l’intelligence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38190
« Envoûté, effaré, il regarde cet autre André, ses rides, ses yeux gris comme un saphir laiteux, ses joues flétries où pointe une barbe blanche et ses cheveux épars. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38191
« Vois la femme que la douleur fait de moi. Je dois partir. Ne t'inquiète pas, mon Aby : toi qui as lu et relu Guerre et Paix, tu sais, comme le général Koutouzov, que les deux guerriers les plus puissants sont la patience et le temps. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38192
« - Air France 006 mayday, de Kennedy Approach. Ici Air Traffic Control, quel est le nom du commandant de bord, s'il-vous-plait? Markle reste bouche-bée. Jamais de toute sa carrière aucun contrôleur ne lui a demandé le nom d'un pilote. i »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38193
« Les lettres devenaient enfin des objets mathématiques simples, donc manipulables. Podgorski ne s’en priva pas, obéissant à cette expression anglaise qui dit que lorsqu’on possède un marteau, tout autour de soi, finit par ressembler à un clou. »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38194
« C’est quoi l’histoire déjà ? Ah oui. Le diable entre chez un avocat et lui dit : « Bonjour, je suis le diable. J’ai un marché à vous proposer. – Je vous écoute. – Je vais faire de vous l’avocat le plus riche au monde. En échange, vous me donnez votre âme, l’âme de vos parents, celle de vos enfants et celle de vos cinq meilleurs amis ? » L’avocat le regarde d’un air étonné et dit : « D’accord. Où est le piège ? » La jeune femme grimace. Non, vraiment, elle n’est pas l’ignoble bonhomme de cette blague. Mais dans ce monde-là, il faut frapper au portefeuille, ils ne comprennent que ça. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38195
« la séduction a toujours été un savoir faire commun, la rupture un art majeur. p 39 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38196
« La vie commence peut-être quand on sait qu’on n’en a pas. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38198
« Dix cruelles minutes d’observation minutieuse valent autant de mois de deuil douloureux. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38199
« […] Ainsi exposé, je pourrais décider de changer, ou de me fuir. Enfin, être deux dans une seule vie, c'est être un de trop. […] »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38200
« Et puis... un André, c'est trente ans de différence d'âge, deux André, c'est un EHPAD. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38201
« La chanson a l’âge de l’homme qui sort de l’ascenseur les épaules tombantes, le souffle court... »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38202
« Merde, l'amour, le vrai, ça ne peut pas être un noeud d'angoisse dans le coeur. Jamais il n'a été serein et bien sûr, cette anxiété contenait leur échec. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38203
« Décidément, vieillir, ce n'est pas seulement avoir adoré les Stones et se mettre à leur préférer les Beatles. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38204
« Arrivé à Paris, il se met à écrire, comme sous la dictée, et la mécanique incontrôlable de cette écriture même le plonge dans un abîme d’angoisse. Ce livre aura pour titre L’Anomalie, et ce sera le septième de l’écrivain. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38205
« Tous les vols sereins se ressemblent. Chaque vol turbulent l’est à sa façon. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38206
« Il n’a pas construit de famille, aucun enfant ne porte son nom, à moins de promouvoir au rang de progéniture un obscure théorème. Mérédith est sa première émotion amoureuse depuis fort longtemps, et en l’instant, il se dit même, avec une certaine emphase : depuis toujours. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38207
« point de vue du medecin Femme de 26 ans. Surcharge pondérale légère. Trois maternités, la dernière avec complications. Se plaint de fréquentes douleurs articulaires, surtout au poignet droit. confesse une légère aérophagie. Un peu d'hypertension. Carbosylane : une fois par jour. Anorex : une gélule matin et soir pendant quinze jours. Rendez vous dans un mois. »
Hervé Le Tellier (Joconde jusqu'à 100 : 99 (+1) points de vue sur Mona Lisa)


#38208
« Je pense que les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38209
« Il faut donner aux villes de grands jardins. Les jardins sont la condition pour que la vie des jeunes bascule, pour qu’elle emprunte un chemin de traverse, un embranchement imprévu. Pour qu’elle réalise une partie de ses potentialités. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38210
« Aucun auteur n'écrit le livre du lecteur, aucun lecteur ne lit le livre de l'auteur. Le point final, à la limite, peur leur être commun. (p. 215) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38211
« La route droite déteste le nid-de-poule et l'obscur voue de la haine à l'inexpliqué. L'immobilité de la Loi vient se cogner avec obstination à la valse du cosmos et à l'avancée des savoirs. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38212
« Et il se conforte dans l'idée désespérante qu'en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38213
« Elle n’a guère non plus de conviction politique forte, et d’ailleurs elle vote démocrate. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38214
« La vérité est que le monde entre en quelques heures dans une vacuité de sens. Puisque la religion fournit une réponse doctrinale et fausse, la philosophie se propose d'en donner une abstraite et erronée. Partout dans le monde, les talk-shows se multiplient. Et surtout en France, ce pays à la concentration en philosophes médiatiques légendaire. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38215
« Dans son portefeuille, Victor conserve aussi une photographie de son père disparu, soustraite à un album, de cette époque où il y en avait, où trop de photos n'avait pas tué la photo. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38216
« — Si vous voulez sombrer plus vite dans le coma, Meredith, il y a de la tequila salle Turing, dans l'armoire, derrière les feutres. — Excellente idée. Meredith pose sa bouteille, zigzague sur la pelouse jusqu'à la porte du hall, qu'elle pousse maladroitement. Adrian la suit, un peu inquiet, en tentant de ne pas - de ne pas trop - regarder ses fesses tandis qu'elle monte vivement l'escalier. Elle s'arrête devant la porte de la salle, s'adosse au mur. — Je suis britannique, Adrian, je vous préviens, si vous tentez de me violer, je me laisserai faire, et je penserai à la reine. — Vous avez trop bu, Meredith. — Et vous pas assez. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38217
« C'est une histoire ... Clémence cherche ses mots. Une blague juive dit que Dieu relit fréquemment la Torah pour tenter de comprendre ce qui se passe dans ce monde qu'il a créé. Elle reprend : — Pourquoi m'as-tu fait avertir, moi et uniquement moi ? — J'ai confiance en toi plus qu'en quiconque, je te sais discrête. As-tu prévenu qui que ce soit ? Non. Tu vois ? — Ça retarde le moment, c'est tout, dit Clémence. Tout le monde saura qu'il s'agit de ton avion. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38218
« L’absurde n’interdit pas le sens pratique et il a tendu un piège. Il n’y avait pas d’autre voie. La mouche ne prend jamais rendez-vous avec l’araignée. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38219
« Vivons-nous dans un temps qui n’est qu’une illusion, où chaque siècle apparent ne dure qu’une fraction de seconde dans les processeurs du gigantesque ordinateur ? Qu’est-ce que la mort alors, sinon un simple « end » écrit sur une ligne de code ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38220
« Je vais mieux, il parait. À l’hôpital, tout le monde est très gentil avec moi. Je suis sous surveillance constante. On enregistre le moindre de mes propos. Je crois que mon cas est quatorze intéressant. Enfin, c’est ce qu’ils onze tous. Je me suis remis à lire. L’Iliade et l’Ohonzée. J’en suis au moment où les Achédeux ont le siège de Quatre. Du cent un, toujours du cent un. Pourquoi tant de haine plus un ? »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38221
« Le succès à cinquante ans, c’est la moutarde qui arrive au dessert. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38222
« — J’ai une devinette, dit Louis. — Je t’écoute, sourit la psychologue. — Les pauvres en ont, les riches en ont besoin, et si on en mange, on meurt. La psychologue donne sa langue au chat. — C’est rien. — C’est rien ? — Rien. Les pauvres, ils ont rien, les riches ont besoin de rien, et si on mange rien, on meurt. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38223
« Je m’en fous, Dieu, pour moi, c’est comme les bridge : je n’y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu’il se fout eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38224
« Je vais t'épingler comme un papillon. cf les Tontons Flingueurs P 70 »
Hervé Le Tellier


#38225
« Les amnésiques n’ont jamais rien vécu d’inoubliable. »
Hervé Le Tellier


#38226
« Je pense que quand j'écrirai mes Mémoires, je mentirai sys-té-ma-ti-que-ment. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38227
« La chanson d'Elton John et Bernie Taupin date des années soixante-dix, mais le honky-tonk de l'orgue Farfisa n'a pas tant vieilli que ça. Louise a tant dansé sur Crocodile Rock, que le rock lui rappelle aussi bien ses treize ans que ses trente ans. Plus tard, elle l'ignore encore, il lui rappellera ses quarante ans. Après un Radiohead, Thomas est essoufflé. Il a abandonné Louise pour un tabouret près du bar. Elle virevolte dans les bras d'un grand blond, la jupe s'envole haut. Louise a un peu bu. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38228
« Anna s'est entendue. Toute son ambivalence est là. «Fais-le pas» ou «Fais le pas». De l'importance du tiret et de l'inconscient. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38229
« Il est des oeuvres si lumineuses qu'elles nous font honte de la pauvre vie à laquelle nous nous résignons, qu'elles nous adjurent d'en mener une autre, plus sage et plus pleine, des oeuvres si puissantes qu'elles nous donnent du courage, nous intiment d'entreprendre. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38230
« On remarquera que la liaison se fait entre corps et étrangers, s’il y en a qu’un-un corétranger -, mais se fait en z s’il y en a plusieurs –des corzétrangers. Allez expliquer ça à un étranger. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38231
« Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38232
« Simulés ou non, on vit, on sent, on aime, on souffre, on crée, et on mourra tous en laissant sa trace, minuscule, dans la simulation. À quoi sert de savoir ? Il faut toujours préférer l’obscurité à la science. L’ignorance est bonne camarade, et la vérité ne fabrique jamais du bonheur. Autant être simulés et heureux. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38233
« L'amour c'est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l'intelligence. Simulés ou non, on vit, on sent, on aime, on souffre, on crée, et on mourra tous en laissant sa trace, minuscule, dans la simulation. A quoi sert de savoir? Il faut toujours préférer l'obscurité à la science. L'ignorance est bonne camarade, et la vérité ne fabrique jamais du bonheur. Autant être simulés et heureux. Le journaliste a deux ennemis : la censure et l'information. Nous sommes aveugles à tout ce qui pourrait prouver que nous nous trompons. C'est humain. Nous ne sommes pas rationnels. Nous sommes prêts à tordre la réalité si l'enjeu est de ne pas perdre tout à fait. Nous voulons une réponse à la moindre de nos anxiétés, et un moyen de penser le monde sans remettre en cause nos valeurs, nos émotions, nos actions. Regardez le changement climatique. Nous n'écoutons jamais les scientifiques. Rien ne bouge. C'est de l'espèce humaine toute entière que la simulation attend une réaction. Il n'y aura pas de sauveur suprême. Il faut nous sauver nous-mêmes. Il n'a retenu que onze personnages, et devine qu'hélas, onze c'est déjà beaucoup trop. Son éditrice l'a supplié, Victor, pitié, c'est trop compliqué, tu vas perdre tes lecteurs, simplifie, élague, va à l'essentiel. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38234
« Dans l'amour maternel, l'égoïsme le plus noir combat avec rage la plus étincelante générosité. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38235
« Un autre homme viendra, une autre rencontre,un autre miracle. Je n’en doute pas. J’aimerai de nouveau. Aimer évite de chercher sans cesse un sens à sa vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38236
« Quitte à désespérer de tout, autant le faire en terrasse à Paris. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38237
« Le président américain reste immobile, comme sonné. Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. (p.206) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38238
« Si chaque religieux priait le mauvais Dieu. Et une fois mort, surprise, mon pote, t’étais baptiste, bouddhiste, juif, musulman ? Mais fallait être mormon, Ducon ! Allez hop, tout le monde en enfer ! »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38239
« Malgré tout, je n𠆚ime pas trop ce mot de « destin ». Ce n𠆞st qu’une cible qu’on dessine après coup à l𠆞ndroit où s𠆞st fiché la flèche. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38240
« Le message est flou, mais la liberté de pensée sur Internet est d𠆚utant plus total qu’on s𠆞st bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38241
« J’avoue me régaler quand je lis : »le style , la construction et les personnages sont excellents ( Meme virtuoses ) » et que la personne met 1 sur 5 . Un roman c’est un style , une histoire , des personnages , une atmosphère , tout est présent donc je dit bravo . Enfin au jeu des comparaisons mettre ce roman dans les 20 pour cent les plus mauvais me semble très dur et source de déception s fréquente en littérature . Mon petit bémol sur ce roman : sa difficulté à finir cette histoire , mais c’est plutôt logique pour ce sujet . Pour conclure réel ou virtuel ? Quel importance , un roman n’est il pas le prototype du virtuel réel ? Demandons à madame Bovary ce qu’elle en pense . »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38242
« Le journaliste a deux ennemis : la censure et l'information. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38243
« Merde, l'amour, le vrai, ça ne peut pas être un noeud d'angoisse dans le cœur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38244
« La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38245
« Déjà, le succès à 50 ans, c'est la moutarde qui arrive au dessert. (p 83) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38246
« Elle devinait qu'il n'était pas fier de sa vie de célibataire, un sujet dont il se détournait chaque fois, elle soupçonnait un cortège de maîtresses et bien peu de magie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38247
« Le vrai pessimiste sait qu'il est déjà trop tard pour l'être. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38248
« Quitte à désespérer de tout, autant le faire en terrasse à Paris. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38249
« Elle n’a guère non plus de conviction politique forte, et d’ailleurs elle vote démocrate. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38250
« La nostalgie est une scélérate. Elle laisse croire que la vie a du sens. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38251
« A sa table, numérotée 14, outre quelques passagers, il y a le commandant de bord. A Victor, l'homme rappelle son père. Les mêmes yeux vert-gris, le même nez aquilin, les mêmes golfes profonds sur les tempes, qui finiront par gagner leur bataille sur les cheveux drus et gris, le torse vigoureux. Instinctivement, l'écrivain porte la main à sa poche, éprouve le contact lisse de la brique rouge. Dans son portefeuille, Victor conserve aussi une photographie de ce père disparu, soustraite à un album, de cette époque où il y en avait, où trop de photos n'avait pas tué la photo. L'homme a vingt ans, un sourire conquérant, un regard droit. Un jour il dit à son fils en riant : "J'étais jeune dans ce temps là, je ne sais pas à quel moment tout a commencé à déraper." Oui, dans la lumière de l'aube, le commandant Markle ressemble à ce père à qui Victor ressemble si peu. p.173 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38252
« — Vous savez, parfois, je me dis qu’on a frôlé la catastrophe, ç’aurait pu arriver avec Air Force One. Vous imaginez ? Deux présidents ? (Cris et applaudissements.) À eux deux, ils auraient fait s’effondrer Twitter le jour même. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38253
« Le président américain reste bouche ouverte, présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38254
« "Wesley ne regarde pas l’écran, où le président lève les yeux au ciel et poursuit : — L’important est ceci : une civilisation hypertechnique peut simuler un millier de fois plus de « fausses civilisations » qu’il n’y en a de « vraies ». Ce qui signifie que si on prend un « cerveau qui pense » au hasard, le mien, le vôtre, il a 999 chances sur 1 000 d’être un cerveau virtuel et une sur 1 000 d’être un cerveau réel. Autrement dit, le « Je pense donc je suis » du Discours de la Méthode de Descartes est obsolète. C’est plutôt : « Je pense, donc je suis presque sûrement un programme. » Descartes 2.0, pour reprendre une formule d’une topologiste du groupe. Vous me suivez, président ? Le président ne répond rien. Wesley l’observe qui garde son air buté et furieux, et conclut : — Voyez-vous, monsieur le président, je connaissais cette hypothèse et jusqu’à ce jour, j’estimais à une chance sur dix la probabilité que notre existence ne soit qu’un programme sur un disque dur. Avec cette « anomalie », j’en suis quasiment certain. Cela expliquerait par ailleurs le paradoxe de Fermi : si nous n’avons jamais rencontré d’extraterrestres, c’est que dans notre simulation, leur existence n’est pas programmée. Je pense même que nous sommes confrontés à une sorte de test. Pour aller plus loin, c’est peut-être parce que nous pouvons désormais envisager l’idée d’être des programmes que la simulation nous propose ce test. Et nous avons intérêt à le réussir, ou du moins en faire quelque chose d’intéressant. — Et pourquoi ? demande Silveria. — Parce que si nous échouons, les responsables de cette simulation pourraient bien tout éteindre." (L'anomalie, page 169) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38255
« Dieu, que la connerie suinte de l'esprit religieux. Toute certitude poignarde l'intelligence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38256
« - Je n'ai pas envie d'appeler le Français, boude le président en retournant s'asseoir. p.203 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38257
« Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38258
« Le malheur, c'est peut-être seulement un méchant manque de pot. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38259
« Aucun auteur n’écrit le livre du lecteur, aucun lecteur ne lit le livre de l’auteur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38260
« La première fois qu’Adrien avait vu Meredith, il l’avait trouvée franchement laide. Une telle impression est passagère, les meilleurs auteurs le lui auraient confirmé. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38261
« Quelle connerie l'amour. Ma mère avait sa façon à elle de paraphraser Prévert. p 115 »
Hervé Le Tellier


#38262
« Le point de vue de l'agent 007 Cond, my name is Cond. Joe Cond. (133) »
Hervé Le Tellier (Joconde jusqu'à 100 et plus si affinités)


#38263
« Je pense que je n'aborde jamais les jolies femmes, parce que j'ai peur de les ennuyer, et puis après je me dis,un peu prétentieux que ça les changerait de tous ces imbéciles. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38264
« Je pense qu'il y a tellement de religions sur terre qu'on peut être certain de faire le mauvais choix. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38265
« A quoi tu penses ? Je pense que je ne regrette rien, même pas toi. Arrête, c'est pour rire. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38266
« Cro-Magnon a ravagé son environnement virtuel, détruit ses forêts et pollué ses océans, s'est reproduit jusqu'à l'absurde, a brûlé toute l'énergie fossile, et la quasi totalité de l'espèce va mourir de chaud et de stupidité dans à peine cinquante ans simulés, p.164 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38267
« C𠆞st le monde de demain. On a jeté l’éponge, on tente de s𠆞n tirer chacun de son côté, et pourtant personne ne sera sauvé. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38268
« Mais l'amour, c'est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l'intelligence. P.34 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38269
« Aucun auteur n'écrit le livre du lecteur, aucun lecteur ne lit le livre de l'auteur. Le point final, à la limite, peut leur être commun. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38270
« Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l'idée désespérante qu'en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38271
« je m'en fous, Dieu pour moi c'est comme le bridge: je n'y pense jamais. Donc je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu'ils se foutent eux aussi du bridge »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38272
« Décidément, vieillir, ce n'est pas seulement avoir adoré les Stones et se mettre à leur préférer les Beatles. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38273
« Un proverbe indien dit que ceux qui mendient en silence meurent de faim en silence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38274
« La vérité, avec l'amour, c'est que le cœur sait tout de suite et il le crie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38275
« Page 25 A quarante-trois ans, dont quinze passés dans l'écriture, le petit monde de la littérature lui paraît un train burlesque où des escrocs sans ticket s'installent tapageusement en première avec la complicité de contrôleurs incapables, tandis que restent sur le quai de modestes génies - espèce en voie de disparition à laquelle Miesel n'estime pas appartenir. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38276
« Clémence Balmer voit tout cela se mettre en place avec distance, et un sentiment vague d'écoeurement. Déjà le succès à cinquante ans, c'est la moutarde qui arrive au dessert. Cette renommée posthume de Miesel accable l'amie plus encore que son injuste visibilité n'a pu naguère affliger l'éditrice. Qu'a écrit Victor? " Toute gloire ne saurait être qu'une imposture , sauf peut-être dans la course à pied. Mais je suspecte quiconque affirme la dédaigner d'enrager d'avoir seulement dû y renoncer." »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38277
« " La liberté n'est pas une crème anglaise sur un cake au chocolat , c'est un droit " »
Hervé Le Tellier


#38278
« " Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu'elles le sont " »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38279
« L'espoir nous fait patienter sur le palier du bonheur. Obtenons ce que nous espérions, et nous entrons dans l'antichambre du malheur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38280
« Demandez à Blake, c’est dans ce bar au coin de la rue de Seine que l’on boit le meilleur café de Saint-Germain. Un bon café, Blake veut dire un vraiment bon, est un miracle né de la collaboration intime d’un excellent grain, ici un Nicaragua fraîchement torréfié, à la mouture fine, d’une eau filtrée et adoucie et d’un percolateur, dans ce cas précis un Cimbali, nettoyé chaque jour. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38281
« Une blague juive dit que Dieu relit fréquemment la Torah pour tenter de comprendre ce qui se passe dans ce monde qu’il a créé. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38282
« Le ficus a soif. Ses feuilles brunes s'enroulent dans leur sécheresse, des branches sont déjà mortes, il incarne dans son pot de plastique la désolation même, si tant est que le verbe incarner convienne à une plante verte. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38283
« Tuer ce n'est pas une vocation, c'est une disposition. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38284
« A quarante-trois ans, dont quinze passés dans l'écriture, le petit monde de la littérature lui paraît un train burlesque où les escrocs sans ticket s'installent tapagesement en première avec la complicité de contrôleurs incapables, tandis que restent sur le quai de modestes génies- espèces en voie de disparition à laquelle Missel n'estime pas appartenir »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38285
« Il n'est de conscience que douleur. p31 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38286
« Nous sommes aveugles à tout ce qui pourrait prouver que nous nous trompons. C’est humain. Nous ne sommes pas rationnels. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38287
« La liberté de penser sur Internet est d’autant plus totale qu’on s’est bien assuré que les gens ont cessé de penser »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38288
« Il est des amours qui s'additionnent, d'autres qui ne se diviseront jamais. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38289
« - Donc, vous êtes athée… - Je m'en fous de Dieu, c'est comme le bridge : je n'y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu'ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38290
« Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s’intéresse à personne. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38291
« Vivons nous dans un temps qui n est qu une illusion ou Chaque siècle apparent ne dure qu une fraction de seconde dans les processus du gigantesque ordinateur. Qu est que la mort sinon un simple end écrit sur une ligne de code ? Est ce que Hitler la shoah n existent que dans notre simulation ou aussi dans quelques autres.. Est ce que 6 millions de programmes juifs ont été assommé par des millions de programmes nazis ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38292
« 8. Je me souviens que, comme disait Pierre Dac, "C'est en sciant que Léonard devint scie". »
Hervé Le Tellier (Joconde sur votre indulgence)


#38293
« "on ne dit pas Mona Lisa mais Mona lut" »
Hervé Le Tellier (Joconde jusqu'à 100 et plus si affinités)


#38294
« Vivons-nous dans un temps qui n'est qu'une illusion, où chaque siècle apparent ne dure qu'une fraction de seconde dans les processeurs du gigantesque ordinateur ? Qu'est-ce que la mort alors sinon un simple "end" écrit sur une ligne de code ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38295
« Je viens, un peu tardivement, de lire la liste des personnalités mises sur écoute par la cellule du même nom. Il y appert que je n'ai pas été surveillé. Sache, François, que je ne me serais nullement trouvé flatté de l'avoir été. »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38296
« La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38297
« Et au cœur de cet incendie sans fin qui de tout temps a dévoré l'Amérique, dans cette guerre que l'obscur mène à l'intelligence, où la raison recule pas à pas devant l'ignorance et l'irrationnel, Jacob Evans revêt la cuirasse d'ombre de son espérance primitive et absolue. La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une faible lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38298
« Les deux guerriers les plus puissants sont la patience et le temps. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38299
« L'espérance, c'est le pire de tous les maux. C'est l'espérance qui nous interdit d'agir, c'est l'espérance qui prolonge le malheur des hommes, puisque, n'est-ce pas, coutre toute évidence, "tout va s'arranger". Ne peut pas être ce qui ne doit pas être... La vraie question que nous devrions nous poser est celle-ci : "En quoi est-ce qu'accepter un point de vue donné m'arrange?" »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38300
« Il faut toujours préférer l'obscurité à la science. L'ignorance est bonne camarade, et la vérité ne fabrique jamais du bonheur. P. 200 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38301
« Soudain, un soleil éblouissant revient dans le cockpit, le Boeing accélère brutalement, le silence se fait de nouveau, les perturbations sont aussitôt derrière eux. Markle vérifie les contrôles, stupéfait. L’avion vole parfaitement bien, dans un grondement régulier, mais tous les instruments sont déréglés. Malgré la chute vertigineuse durant cinq bonnes minutes, l’altitude s’affiche de nouveau calée à 39 000 pieds, le radar météo refuse de signaler la moindre perturbation, et le cap apparent est deux six zéros. Il reprend le micro de l’interphone cabine. — Eh bien, comme vous l’avez constaté avec moi, nous sommes sortis à l’instant du nuage sans trop de dégâts. Nous vous prions de rester assis jusqu’à future instruction et de maintenir éteint tout appareil électronique. Personnel de bord, vous pouvez vous détacher, merci. Rapport cabine, s’il vous plaît. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38302
« Le cumulonimbus se rapproche, c’est un supercellulaire, mais il est loin d’être classique. Ce n’est pas une enclume solitaire qui monte jusqu’à la haute atmosphère, ce sont des dizaines d’entre elles, comme soulevées par une main invisible, qui fusionnent dans la tropopause. Sur l’océan, les navires doivent être pris dans une dépression apocalyptique. En vingt ans de long-courriers, Markle n’a jamais vu ça. L’orage de l’année, au moins. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38303
« La vérité avec l’amour, c est que le cœur sait tout de suite et le crie. Bien sûr, on ne va pas déclarer à la personne qu’on l’aime, comme ça, de but en blanc. Elle ne comprendrait pas. Alors, histoire de se cacher qu’on est déjà son otage, on lui fait la conversation. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38304
« Pourquoi faut-il qu𠆞lle se sente coupable de se refuser à lui, quand c𠆞st bien la dernière chose qu𠆞lle veut, avoir le moindre devoir ? [...] André aura malgré tout jouer son rôle de pommade, le temps de sa cicatrisation, une espèces d’onguent à l’odeur finalement bien pénible, et rance, maintenant que la plaie a guéri… »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38305
« - Beaucoup veulent ouvrir leur 20 heures avec toi. - Ça existe encore cette grand-messe ? BFM et internet n'ont pas tout tué ? - Dix millions de personnes les regardent. On y va. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38306
« Vous trouverez aussi un sweat-shirt à capuche au logo de la Maison-Blanche. Le président a insisté pour vous le dédicacer personnellement. Adrian n'a pas le temps de placer un mot que le chef du protocole ajoute, impassible : - Ne vous inquiétez pas, professeur. Nous lui avons donné un feutre à l'eau, cela partira au premier lavage. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38307
« Je ne met pas fin à mon existence, je donne vie à de l'immortalité. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38308
« Et au coeur de cet incendie sans fin qui de tout temps a dévoré l'Amérique, dans cette guerre que l'obscur mène à l'intelligence, où la raison recule pas à pas devant l'ignorance et l'irrationnel, Jacob Evans revêt la cuirasse d'ombre de son espérance primitive et absolue. La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38309
« En additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38310
« Pour qu’une flèche atteigne la cible, il faut qu’elle ait tout raté avant. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38311
« Mais d’où sort cet avion ? soupire Silveria. Vous avez forcément une théorie, professeur Wang ? Un professeur sans théorie, c’est comme un chien sans puces. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38312
« Vannier est saisi. Savoir une chose, ce n’est pas la vivre. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38313
« Un jour, après un déjeuner, alors qu’elle et lui se disent au revoir, elle fait un pas pour traverser la rue et André la tire violemment par le bras en arrière. Un camion passe en trombe devant elle. Son épaule la fait sou􀋤rir, mais elle a vraiment failli mourir. Toute couleur a quitté le visage d’André. Ils restent un instant côte à côte, les sons de la ville paraissent exacerbés. Il respire vite, elle aussi, et dans un sou􀋡e, il la serre contre lui et dit : — Je t’ai fait mal, pardon, j’ai eu peur, j’ai cru que… Je t’aime tellement. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38314
« Dans son portefeuille, Victor conserve aussi une photographie de ce père disparu, soustraite à un album, de cette époque où il y en avait, où trop de photos n’avait pas tué la photo. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38315
« Blake fait sa vie de la mort des autres. S'il vous plaît, pas de leçon de morale. Si on veut discuter éthique, il est prêt à répondre statistiques. Parce que – et Blake s'excuse – lorsqu'un ministre de la Santé coupe dans le budget, qu'il supprime ici un scanner, là un médecin, là encore un service de réanimation, il se doute bien qu'il raccourcit de pas mal l'existence de milliers d'inconnus. Responsable, pas coupable, air connu. Blake, c'est le contraire. Et de toute façon, il n'a pas à se justifier, il s'en fout. (p. 13) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38316
« Je suis britannique, Adrian, je vous préviens, si vous tentez de me violer, je me laisserai faire, et je penserai à la reine. (P100) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38317
« L'amour, c'est de ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l'intelligence. (P34) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38318
« J'ai aussitôt répondu à cette lettre, car une amitié naissante n'est pas chose négligeable. »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38319
« Off. FKW : Ressentez-vous des maux de tête, des migraines ? VSM : Non. Off. FKW : Des irritations des yeux, des sinus ? VSM : Mais… Vous me faites marcher ! Vous vous croyez dans Rencontres du troisième type ? Off. FKW : Je ne comprends pas, monsieur Miesel. DBM : J’ai vu vingt fois le film de Spielberg, je le connais par cœur : vous me posez les questions que François Truffaut pose à Richard Dreyfus, au mot près. Quel est l’abruti qui a rédigé ce questionnaire ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38320
« […] Il peut dîner avec la mort à venir, mais ne parvient pas à coucher avec. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38321
« La nostalgie est une scélérate. Elle laisse croire que la vie a un sens. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38322
« La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38323
« Malgré tout, je n’aime pas trop ce mot de « destin ». Ce n’est qu’une cible qu’on dessine après coup à l’endroit où s’est fichée la flèche. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38324
« Un bonheur de quelques grammes grandissait en elle et il envahissait tout. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38325
« Les deux guerriers les plus puissants sont la patience et le temps. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38326
« À quoi sert de savoir ? Il faut toujours préférer l’obscurité à la science. L’ignorance est bonne camarade, et la vérité ne fabrique jamais du bonheur. Autant être simulés et heureux. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38327
« Son regard évite le hublot, qui donne sur une nuit de grêle. Alors, à quelques rangées devant lui, non loin d’un blond à capuche assoupi que rien ne semble pouvoir réveiller, il voit cette femme. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38328
« [U]n coup de dés jamais n’abolira le bazar. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38329
« Elle le devine brillant. Si c’était un mauvais, il serait depuis longtemps parti dans la finance. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38330
« La séduction a toujours été un savoir-faire commun, la rupture un art majeur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38331
« Ma mère et Guy formaient un cas rare de couple fusionnel sans amour. Jamais elle sans lui, jamais lui sans elle, jamais ensemble. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38332
« Nous démarrions alors, mais seulement après que le siège eut été réglé au millimètre, et les rétroviseurs repositionnés. Sortir en créneau de sa place lui prenait plus de temps qu’il en eut fallu à quiconque pour y entrer. Au premier feu tricolore, il ralentissait malgré le vert pour éviter de passer à l’orange. Et lorsque le feu quittait le rouge, il n’arriva jamais que la voiture qui nous suivait ne klaxonnât pas au moins une fois. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38333
« Je n'ai pas été un enfant privé, battu ou abusé.... je sais ce que je dois au manque et ce que je dois au trop. Si la vie se passe à combler les gouffres ouverts dans l'enfance, alors je sais pourquoi j'aime tant le rire qui ne pénétrait jamais chez nous que par effraction. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38334
« Le clonage, j’ai toujours été pour. Il faudrait commencer par cloner Cambronne. Je suis persuadé que sa réplique serait formidable. »
Hervé Le Tellier (Guerre et plaies de Chirac à l'Irak)


#38335
« La peau à cet endroit, a, trouve-t-elle la douceur sèche d'un coussinet de chaton. Ben ne ronronne pas pour autant. »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38336
« Je pense que mon vernis culturel superficiel craquelle ça et là mais que j'ai plusieurs couches. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38337
« Je pense que pour moi, une des preuves d'une grande passion, c'est que je maigris de deux kilos. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38338
« Je pense qu'un nationaliste n'est jamais, littéralement, un homme du monde. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38339
« Je pense que si les jouets des gosses pensaient, ils seraient morts de trouille. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38340
« En septembre, le département de la Défense a mis fin au protocole 42, pour se concentrer sur l'opération Hermès. Les spéculations du groupe de travail auront duré tout l'été, sans que nul imagine un moyen d'infirmer une théorie ou d'en confirmer une autre. Les Américains n'auront jamais appris non plus l'existence de cet autre avion, en Chine. On est sans nouvelles de ses occupants. P. 325-326 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38341
« Pourquoi moi, toutefois, me direz-vous encore ? Pourquoi moi, quand tant d’autres, de Jack Lang à Attali, sont plongés dans l’ignorance. Sans doute, je le dois à cette fidélité dans l’amitié qui le caractérise si bien, cette fidélité qui lui fut tant reprochée, en particulier avec Bousquet. Et aussi, sans aucun doute, à cette discrétion dont j’ai fait preuve jusqu’à présent et dont je crois utile aujourd’hui de me départir, avec l’échéance de 2007 qui s’approche. »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38342
« « Cher François Mitterrand, « Je voulais vous féliciter – fût-ce avec un léger retard – de votre élection voici deux ans déjà. Je suis à Arcachon où je passe de bonnes vacances. Hier, à table, c’est incroyable, nous parlions justement de vous. Nous avons mangé des huîtres, excellentes, bien qu’un peu laiteuses. « Encore bravo. « Hervé Le Tellier » ****** Cher Monsieur, Votre lettre en date du 10 septembre 1983, vient de me parvenir et je vous en remercie. Ne doutez pas, cher Monsieur, que vos remarques recevront toute l'attention qu'elles méritent et qu'elles seront prises en considération par mes services dans les délais les plus brefs. Je vous prie de croire, cher Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs. Le Président de la République. *** C’était, ma foi, une missive forte courtoise, même si, en raison sans doute du poids des charges de l’Etat, le Président s’y montrait quelque peu distrait, évoquant une lettre et non une carte postale. Quoiqu’il en soit, le second paragraphe insistait à juste titre sur la prise en considération par ses services de mes remarques : j’y repensai l’année suivante, lorsque, de retour à Arcachon, je m’aperçus avec satisfaction que la qualité des huîtres s’était améliorée. J’ai aussitôt répondu à cette lettre, car une amitié naissante n’est pas un chose négligeable. Voici le texte intégral de ma deuxième lettre, envoyée le 20 décembre 1983. « Cher François, « Je vous remercie de votre charmant courrier. Je suis malheureusement très occupé en ce moment et ne puis vous répondre plus longuement. Je vous souhaite malgré tout une heureuse fête de Noël en famille. « Chaleureusement, « Hervé Le Tellier » »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38343
« J’ai aussi des souvenirs de toi où tu n’es pas, des souvenirs de nous deux dont tu ne peux rien connaître. Où tu es si présente en moi que ton absence est presque insensible. C’est ton empreinte sur mon sable, la mélodie silencieuse que ton existence laisse en moi. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38344
« Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38345
« Je m'en fous, Dieu, pour moi, c'est comme le bridge : je n'y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu'ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38346
« On ne peut forcer personne à être ce qu'il n'est pas. Il faut de la tolérance, il faut de l'amour. Comment peut-on croire qu'un sera plus heureux en faisant du mal à d'autres. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38347
« Combien de récits simultanés un lecteur consentirait -il à suivre ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38348
« Je m’en fous, Dieu, pour moi, c’est comme le bridge : je n’y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu’ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38349
« March hoche la tête, et June repense à la phrase d’Al Capone : on obtient plus de choses en étant armé et poli qu’en étant simplement poli. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38350
« Le président américain reste bouche ouverte, présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde. (p 162) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38351
« Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s'intéresse à personne. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38352
« Lors de l'entretien qui devait lui ouvrir les portes du département des PsyOps, la responsable du recrutement avait demandé à Jamy sa religion, et la psychologue avait répondu : je n' en ai pas. La femme avait insisté : Donc vous êtes athée, jouant de son stylo comme si elle avait eu une case à remplir sur un questionnaire imaginaire. Jamy Pudlowski avait haussé les épaules : je m'en fous, Dieu, pour moi, c'est comme le bridge : je n' y pense jamais. Donc je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu'ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38353
« L’âge est partout, comme un carcan de boue. Il se trouve bouffi, aussi, empâté. Il devrait faire un régime. Décidément, vieillir, ce n’est pas seulement avoir adoré les Stones et se mettre à leur préférer les Beatles. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38354
« La femme avait insisté : « Donc, vous êtes athée », jouant de son stylo comme si elle avait eu une case à remplir sur un questionnaire imaginaire. Jamy Pudlowski avait haussé les épaules : « Je m’en fous, Dieu, pour moi, c’est comme le bridge : je n’y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu’ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38355
« J’ai une devinette, dit Louis. —Je t’écoute, sourit la psychologue. —Les pauvres en ont, les riches en ont besoin, et si on en mange, on meurt. La psychologue donne sa langue au chat. —C’est rien - C’est rien ? —Rien. Les pauvres, ils ont rien, les riches ont besoin de rien, et si on mange rien, on meurt. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38356
« Les gens fatigués sont querelleurs. Les gens épuisés le sont beaucoup moins. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38357
« Personne ne se donne la mort... Il n'y a que des suppliciés qui s'échappent en tuant leur bourreau. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38358
« - Monsieur Kaduna, percevez-vous de manière récurrente des sons agréables, mélodiques ? - Évidemment, je suis musicien. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38359
« Schweiger avait donné un nom à ce qu’il cherchait : le silence du silence, le moment où, au sein d’un silence donné, surgit soudain le silence. Bien sûr il avait déjà discerné derrière un silence un autre silence, comme par exemple, derrière un « silence de voix de femme », un « silence de chien qui aboient ». Mais lui désirait le « silence absolu », l’équivalent sonore du carré blanc sur fond blanc. »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38360
« Dans l'amour maternel, l'égoïsme le plus noir combat avec rage la plus étincelante générosité. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38361
« Pour se donner le courage de l'aborder, Adrian a bu une bière, puis une autre. A jeun, il peut vaguement faire illusion - Meredith lui a dit un jour, pas méchamment, qu'il avait "un physique à la Ryan Gosling, dans une version dégradée et un peu chauve" - mais là, il ressemble seulement à un type bourré. Il estime à 27 % ses chances de réussite. Elles auraient pu atteindre 40 % s'il n'empestait pas autant l'alcool, mais d'un autre côté, l'ivresse réduira d'environ 60 % la souffrance née d'un refus. Le probabiliste en a conclu qu'avec tant de chances de se ramasser, autant être ivre. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38362
« Je ne connais pas de problème qui résiste à une absence de solution. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38363
« La première fois qu’Adrien avait vu Meredith, il l’avait trouvée franchement laide. Une telle impression est passagère, les meilleurs auteurs le lui auraient confirmé. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38364
« Le président américain reste bouche ouverte, présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38365
« [L]e succès à cinquante ans, c’est la moutarde qui arrive au dessert. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38366
« L’amour, c’est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l’intelligence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38367
« Très jeune, j’ai compris que quelque chose n’allait pas, très tôt j’ai voulu partir, et d’ailleurs très tôt je suis parti. Un enfant n’a parfois que le choix de la fuite ; il devra à son évasion, au risque de la fragilité, d’aimer plus fort encore la vie. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38368
« Le Disciple : Parfois, maître, j'ai l'impression que tout le monde me méprise. Le Maître : Tu des sottises, disciple, nombreux sont ceux qui ne te connaissent même pas. »
Hervé Le Tellier (Demande au muet, disciple : 115 dialogues socratiques de qualité)


#38369
« Je pense que j’ai de la chance de t’avoir rencontrée. Pas toi ? »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38370
« Le peuple de l'archipel d'Adjiji est persuadé que Dieu, qu'ils appellent Niaka, est très méchant et que le diable, qu'ils nomment Puku, est bon. Ils suivent les règles morales édictées par les prophètes de Puku, qui les exhortent à renoncer à Niaka. Cela ne change finalement pas grand-chose. (p.226) »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38371
« António n'avait pas plus voulu retourner vers Canard qu'Ulysse vers Pénélope. Qu'était-ce que l'Odyssée, sinon la chronique d'un aventurier qui a aimé Circé la magicienne, la nymphe Calypso, à qui l'on a promis la main de Nausicaa et qui ne cesse, trompant les apparences, de différer son retour ? Un homme qui, la nuit où les dieux le déposent de force sur la plage d'Ithaque, est si furieux de son sort qu'il se livre au plus inutile et sanguinaire des massacres, quand prononcer son seul nom d'Ulysse eût suffi pour que les prétendants s'inclinent. »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38372
« Je pense que depuis les ordinateurs,on ne peut plus écrire littérature "lis tes ratures". »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38373
« Je pense que je ne sais pas d'où je viens,ni qui je suis,ni où je vais. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38374
« Je pense que j'aime bien être un petit peu malade,parce qu'on prend soin de moi et que je ne cours aucun danger. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38375
« Je pense que je devrais te dire que je regrette mais je n'y arrive pas. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38376
« Je pense que la jolie brune à qui je parlais de Raymond Queneau et qui m'a dit:"Raymond qui?" a beaucoup oeuvré pour mon équilibre personnel. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38377
« Je pense que c'est facile d'être modeste surtout quand on a des raisons de ne pas l'être. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38378
« A quoi tu penses ? Je pense que le souvenir que je conserve de certaines de mes maîtresses est encore plus infidèle que moi. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38379
« Je me demande souvent ce qui serait différent dans le monde si je n'existais pas. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38380
« Dieu, que la connerie suinte de l’esprit religieux. Toute certitude poignarde l’intelligence. Pour faire de la mort une mésaventure parmi d’autres, le croyant a perdu la raison. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38381
« Les criques pleuvent , de très longues critiques pas très sympathiques parfois concernant le style, l’écriture.... l’innovation reste très difficile à faire admettre ... certains pourraient dire que c’est leur choix, ... »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38382
« Thomas ne croit pas au sort. Il veut que la puissance de la parole et de l’action façonne l’existence. C’est le sens qu’il donne à la psychanalyse, rendre à l’analysant la force de devenir l’acteur de sa propre vie. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38383
« Yves est écrivain puisqu’il ne pourrait écrire sans honte « infinie tendresse », « fusiller du regard », ou « éperdument amoureux ». […] Il ignore si l’insatisfaction est la preuve de l’artiste. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38384
« Toute gloire ne saurait être qu'une imposture, sauf peut-être dans la course à pied. Mais je suspecte quiconque affirme la dédaigner d'enrager d'avoir seulement dû y renoncer. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38385
« « Je m’en fous, Dieu, pour moi, c’est comme le bridge : je n’y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu’ils se foutent eux aussi du bridge. » »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38386
« Nous sommes aveugles à tout ce qui pourrait prouver que nous nous trompons. C'est humain. Nous ne sommes pas rationnels. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38387
« Le message est flou mais la liberté de pensée sur internet est d'autant plus totale qu'on s'est bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38388
« Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s'intéresse à personne. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38389
« Rien, rien ne va changer. On se réveillera le matin, on ira travailler parce qu'il faut toujours payer son loyer, on mangera, on boira, on fera l'amour comme avant. On continuera à agir comme si nous étions réels. Nous sommes aveugles à tout ce qui pourrait prouver que nous nous trompons. C'est humain. Nous ne sommes pas rationnels. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38390
« L'amour, c'est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l'intelligence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38391
« L𠆞spoir nous fait patienter sur le palier du bonheur. Obtenons ce que nous espérions, et nous entrons dans l𠆚ntichambre du malheur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38392
« Le Dubaï africain, comme ils disent, reprend Hélène Charrier. Ils l’ont même surélevée de plusieurs mètres, en prévision de la montée des eaux. Et du haut de ces buildings de luxe, on verra Lagos et ses quarante millions d’habitants se noyer, de Kumamoto Beach aux bidonvilles de Makoko, cet égout à ciel ouvert.....désolé Ugo, je trouve ça monstrueux. Le pire, vous savez ce que c’est ? C’est que c’est le monde de demain. On a jeté l’éponge, on tente de s en tirer chacun de son côté et pourtant personne ne sera sauvé. Ce n’est pas Lagos qui s’éloigne de la civilisation, c’est nous, nous tous, qui nous approchons de Lagos. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38393
« La vie commence peut-être quand on sait qu'on en a pas. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38394
« Je suis britannique, Adrian, je vous préviens, si vous tentez de me violer, je me laisserai faire, et je penserai à la reine. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38395
« Ce phénomène est prodigieux, monsieur le président, commence Adrian en se raclant la gorge, mais comme le disait Arthur C. Clarke, toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38396
« L'âge n'y a jamais été pour rien. Il ne faut tout simplement pas aimer un être qui vous aime si peu. Pourquoi était-ce si compliqué ? P229 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38397
« March hoche la tête, et June repense à la phrase d'Al Capone : On obtient plus de choses en étant armé et poli en étant simplement poli. P 219 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38398
« Je ne connais pas de problème qui résiste à une absence de solution. P 214 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38399
« Le président américain reste immobile, comme sonné. Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l'idée désespérante qu'en additionnant des obscurités individuelles en obtient rarement une lumière collective. (p 206) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38400
« Un autre homme viendra, une autre rencontre, un autre miracle. Je n'en doute pas. J'aimerai de nouveau. Aimer évite au moins de chercher un sens à sa vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38401
« il lui a écrit, en sachant que c'est inutile, et surtout, disons, contre-productif. Mais quand les piles de la télécommande sont mortes, on appuie toujours plus fort. C'est humain. (p 115) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38402
« Je m'en fous, Dieu, pour moi, c'est comme le bridge : je n'y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu'ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38403
« Meredith s'ennuie à Princeton. La Londonienne n'aime pas cette ville de province (...), ce campus qui tente de ressembler à Poudlard avec ses donjons et ses beffrois moyenâgeux du dix-neuvième, elle ne s'habitue pas à ces étudiants qui se croient tout droit sortis de la cuisse de Jupiter et qui, sous prétexte que leurs parents ont déboursé soixante mille dollars de frais de scolarité, lui mailent à toute heure des questions triviales sur le théorème de non-plongement de Gromov (...) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38404
« Elle exhibe la bouteille vide qu'elle tient à la main, se penche dans un geste délicieusement imprécis et lui souffle au nez une haleine tiède et parfumée de houblon. - Respirez, Adrian, c'est le parfum de la contrariété et de l'ennui. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38405
« En bourgeois qui se déclare l’ami de son jardinier, Prior s’est persuadé de cette fiction d’amitié, mais Joanna n’est dupe de rien. Elle discerne dans le rictus de Prior cet indicible du Sud qu’il porte sur lui, ces signes et ces nuances symboliques qui imprègnent toutes les relations raciales, elle reconnaît cette posture spontanée qui autorise une riche dame blanche aux cheveux bien mis à offrir à son chauffeur noir le plus radieux des sourires, un sourire d’affection écrasant où se déchiffre son impérieuse certitude de l’infériorité naturelle de ce petit-fils d’esclave, ce sourire empoisonné qui n’a pas bougé d’un pouce depuis Autant en emporte le vent et que toute son enfance Joanna a vu se dessiner sur les visages poudrés des clientes blanches de sa mère couturière. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38406
« Et c’est avec le recueil d’articles de Gourevitch qu’il a commencé ce méfait : dans le texte d’ouverture, « Почему нужно дать женщинам все права и свободу », « Pourquoi on doit donner aux femmes tous les droits et la liberté », il a introduit la phrase : « La liberté n’est pas une crème anglaise sur un cake au chocolat, c’est un droit. » C’était discret, et qui sait ? Après tout, elle s’intéressait bien à Gontcharov. Mais non. Si elle a lu le livre, elle n’a pas remarqué l’ajout, l’éditeur non plus, et aucun lecteur, d’ailleurs. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38407
« Si le doute a fait de moi un autodidacte de la vie, j'aurais d'autant plus jouis de chaque instant. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38408
« Toute gloire ne saurait être qu'une imposture, sauf peut-être dans la course à pied. Mais je suspecte quiconque affirme la dédaigner d'enrager d'avoir seulement dû y renoncer. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38409
« Un problème avec ça, Jamy ? Aucun, mon général. Je ne connais pas de problème qui résiste à une absence de solution. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38410
« J’aimerai de nouveau. Aimer évite au moins de chercher sans cesse un sens à sa vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38411
« Puis-je vous rappeler cette phrase de Nietzsche ? « Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont. » Là, toute la planète est confrontée à une vérité nouvelle, qui remet en cause toutes nos illusions. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38412
« Ce mal c’est Elpis, l’Espérance. C’est le pire de tous les maux. C’est l’espérance qui nous interdit d’agir, c’est l’espérance qui prolonge le malheur des hommes, puisque, n’est-ce pas, contre toute évidence, « tout va s’arranger ». Ne peut pas être ce qui ne doit pas être... La vraie question que nous devrions chaque fois nous poser est celle-ci : « En quoi est-ce qu’accepter un point de vue donné m’arrange ? » »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38413
« Nous sommes prêts à tordre la réalité si l’enjeu est de ne pas perdre tout à fait. Nous voulons une réponse à la moindre de nos anxiétés, et un moyen de penser le monde sans remettre en cause nos valeurs, nos émotions, nos actions. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38414
« Le message est flou, mais la liberté de pensée sur internet est d’autant plus totale qu’on s’est bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38415
« Jacob se souvient d’Isaïe, et c’est orgueil et mépris du Tout-Puissant que de chercher en soi-même son propre salut. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38416
« Dans son portefeuille, Victor conserve aussi une photographie de ce père disparu, soustraite à un album, de cette époque où il y en avait, où trop de photos n’avait pas tué la photo. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38417
« ... toi qui as lu et relu Guerre et Paix, tu sais, comme le général Koutouzov, que les deux guerriers les plus puissants sont la patience et le temps. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38418
« Les humoristes des émissions matinales s’essaient à des sketches sur la duplication. —Vous savez ce qu’est une simulation, Hillary ? demande le journaliste à l’imitatrice. —Peter, répond la voix de Hillary Clinton, toutes les femmes en Amérique savent ce que c’est que la simulation. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38419
« Et au cœur de cet incendie sans fin qui de tout temps a dévoré l’Amérique, dans cette guerre que l’obscur mène à l’intelligence, où la raison recule pas à pas devant l’ignorance et l’irrationnel, Jacob Evans revêt la cuirasse d’ombre de son espérance primitive et absolue. La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38420
« -Tout de même, je ne suis pas George Clooney. —Tu es bien plus. Tu es entre Romain Gary et Jésus-Christ. Suicide et résurrection. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38421
« Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38422
« Jamy Pudlowski avait haussé les épaules : « Je m’en fous, Dieu, pour moi, c’est comme le bridge : je n’y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu’ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38423
« Il sait malgré tout qu’il suffira qu’une de ses phrases soit plus intelligente que lui pour que ce miracle fasse de lui un écrivain. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38424
« Le président américain reste bouche ouverte, présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde.—Donc, une fois l’espace replié, on y fait un « trou »… »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38425
« Pourquoi on doit donner aux femmes tous les droits et la liberté », il a introduit la phrase : « La liberté n’est pas une crème anglaise sur un cake au chocolat, c’est un droit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38426
« Pour garder bonne figure auprès de son banquier, Victor traduit aussi des best-sellers anglo-saxons divertissants, qui donnent à la littérature un statut d’art mineur pour des mineurs. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38427
« Il court sous la pluie fine et sur le sable humide. Longs cheveux blonds, bandana, lunettes noires, survêtement jaune et bleu, l’invisibilité bariolée du joggeur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38428
« À quoi sert de savoir ? Il faut toujours préférer l’obscurité à la science. L’ignorance est bonne camarade, et la vérité ne fabrique jamais du bonheur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38429
« La vraie question que nous devrions chaque fois nous poser est celle-ci: "En quoi est-ce qu'accepter un point de vue donné m'arrange ?" »
Hervé Le Tellier


#38430
« Nous sommes prêts à tordre la réalité si l'enjeu est de ne pas perdre tout à fait. Nous voulons une réponse à la moindre de nos anxiétés, et un moyen de penser le monde sans remettre en cause nos valeurs, nos émotions, nos actions. Regardez le changement climatique. Nous n'écoutons jamais les scientifiques. Nous émettons sans frein du carbone virtuel à partir d'énergies fossiles, virtuelles ou non, nous réchauffons notre atmosphère, virtuelle ou non, et notre espèce, toujours virtuelle ou non, va s'éteindre. Rien ne bouge. Les riches comptent bien s'en sauver, seuls, en dépit du bon sens, et les autres en sont réduits à espérer. »
Hervé Le Tellier


#38431
« (...) c'est le logiciel de tous les religieux: "Voici nos croyances, trouvons les faits qui les prouvent." »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38432
« La liberté n’est pas une crème anglaise sur un cake au chocolat, c'est un droit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38433
« March hoche la tête, et June repense à la phrase d’Al Capone : on obtient plus de choses en étant armé et poli qu’en étant simplement poli. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38434
« — Le journaliste a deux ennemis : la censure et l’information, dit sentencieusement Mitnick. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38435
« Le président américain reste immobile, comme sonné. Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l'idée désespérante qu'en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38436
« " On doit tuer le passé pour le rendre encore possible " »
Hervé Le Tellier


#38437
« Le président français parle, parle, avant -fait rare- de laisser la parole au bout de cinq minutes à son conseiller scientifique . »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38438
« […] Le pire, vous savez ce que c'est ? C'est que c'est le monde de demain. On a jeté l'éponge, on tente de s'en tirer chacun de son côté, et pourtant personne ne sera sauvé. Ce n'est pas Lagos qui s'éloigne de la civilisation, c'est nous, nous tous, partout, qui nous approchons de Lagos. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38439
« Nous sommes prêts à tordre la réalité si l'enjeu est ne pas perdre tout à fait. Nous voulons une réponse à la moindre de nos anxiétés, et un moyen de penser le monde sans remettre en cause nos valeurs, nos émotions, nos actions. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38440
« Il n'est pas donné à tout le monde d'assister de loin à sa propre ruine, d' avoir pitié de soi sans pour autant s'apitoyer sur soi-même. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38441
« Merde, l'amour, le vrai, ça ne pas être un noeud d'angoisse dans le cœur. Jamais il n'a été serein et bien sûr, cette anxiété contenait leurs échecs. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38442
« Combien de récits simultanés un lecteur consentirait-il à suivre ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38443
« Il sait malgré tout qu'il suffira qu'une de ses phrases soit plus intelligente que lui pour que ce miracle fasse de lui un écrivain. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38444
« Il peut dîner avec la mort à venir, mais ne parvient pas à coucher avec. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38445
« " Keller vs Wasserman " fait désormais jurisprudence : le fait d'écrire, dans un dessin ou ailleurs, qu'un suprémacisme blanc manque de matière grise n'est pas une injure, mais une opinion, voire un diagnostic. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38446
« L'arrogance d'une phrase venait de fabriquer la plus reconnaissante des filles et la plus travailleuse des écolières. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38447
« Le résultat le plus intéressant fut tout de même obtenu avec les Ecrits de Lacan. Le texte restait rigoureusement le même. […] Seul le prix variait : le catalogue indiquait l’étrange tarif de « 100 euros la demi-heure ». (à propos du catalogue influençable) »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38448
« Aucun auteur n’écrit le livre du lecteur, aucun lecteur ne lit le livre de l’auteur. Le point final, à la limite, peut leur être commun. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38449
« Pour un probabiliste, c’est un rêveur, il a des yeux verts qui le feraient prendre pour un théoricien des nombres, même s’il porte les cheveux aussi longs qu’un théoricien des jeux, de petites lunettes d’acier trotskisantes de logicien et de vieux T-shirts troués d’algébristes - celui qu’il arbore en cet instant est particulièrement avachi... »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38450
« Quelle perversité d'avoir élaboré des programmes simulant des êtres aussi idiots, d'autres simulant des êtres trop intelligents pour ne pas souffrir d'être entourés des précédents, et des programmes simulant des musiciens, d'autres des artistes, d'autres encore simulant des écrivains qui écrivent des livres que lisent d'autres programmes encore ? Ou que personne ne lit d'ailleurs ? Qui a conçu les programmes Moïse, Homère, Mozart, Einstein, et pourquoi tant de programmes sans qualité, qui traversent leur existence électronique sans rien apporter ou si peu à la complexité de la simulation ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38451
« André le devine déjà : à tout prendre, regretter chaque jour une femme qui n'est plus là sera moins douloureux que désirer sans trêve celle qui dort à ses côtés, dans une pénombre indifférente et tiède, à des années-lumière de lui. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38452
« Lorsque Adrian pousse la porte, Meredith reste ébahie devant le décor. - Oh Adrian j'adore, souffle-t-elle, on est dans Docteur Folamour. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38453
« Autrement dit, le "je pense donc je suis" du Discours de la méthode de Descartes est obsolète. C'est plutôt : "Je pense donc je suis presque sûrement un programme". Descartes 2.0 pour reprendre une formule d'une topologiste du groupe. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38454
« N’oublions jamais, en pénétrant dans nos cuisines ou nos salles de bains, que leurs mur colorés sont couvertes d’une Iliade (ou d’une Odyssée) que seul Karl Von Bryar aurait su déchiffrer. »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38455
« Le message est flou, mais la liberté de pensée sur internet est d'autant plus totale qu'on s'est bien assuré que les gens ont cessé de penser. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38456
« Puis-je vous rappeler cette phrase de Nietzsche ? « Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont. » »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38457
« — J’ai une devinette, dit Louis. Nous sommes nés de la même mère, la même année, le même mois, le même jour et à la même heure. Pourtant nous ne sommes ni jumeaux, ni jumelles. Pourquoi ? Les deux Lucie secouent la tête, perplexes. — Nous sommes des triplés, rit Louis. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38458
« March hoche la tête, et June repense à la phrase d’Al Capone : on obtient plus de choses en étant armé et poli qu’en étant simplement poli. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38459
« Aucun auteur n’écrit le livre du lecteur, aucun lecteur ne lit le livre de l’auteur. Le point final, à la limite, peut leur être commun. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38460
« La « photocopieuse » et le « trou de ver » trouvent d’emblée peu d’adeptes. Tant pis si la théorie la plus simple est aussi la plus cinglée. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38461
« Tout de même, je ne suis pas George Clooney. — Tu es bien plus. Tu es entre Romain Gary et Jésus-Christ. Suicide et résurrection. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38462
« Pour ne pas ajouter de l’excentrique à l’incompréhensible, le mathématicien a rogné son aspect savant fou, troqué sa perturbante lavallière pourpre pour une fine écharpe de soie beige, sans se résigner à décrocher du revers de sa veste une araignée d’argent. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38463
« La cheffe des Opérations psychologiques est inquiète. La route droite déteste le nid-de-poule et l’obscur voue de la haine à l’inexpliqué. L’immobilité de la Loi vient se cogner avec obstination à la valse du cosmos et à l’avancée des savoirs. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38464
« Autrement dit, le « Je pense donc je suis » du Discours de la Méthode de Descartes est obsolète. C’est plutôt : « Je pense, donc je suis presque sûrement un programme. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38465
« Mais d’un autre côté, un avion qui surgit de nulle part et qui est la copie conforme d’un autre, avec tous ses passagers et jusqu’à la moindre tache de ketchup sur la moquette, c’est invraisemblable aussi. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38466
« Il s’abandonne à la fascination d’autres vies que la sienne. Il voudrait en choisir une, trouver les mots justes pour raconter cette créature, et parvenir à croire qu’il s’en est approché assez pour ne pas la trahir. Puis passer à une autre. Et une autre. Trois personnages, sept, vingt ? Combien de récits simultanés un lecteur consentirait-il à suivre ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38467
« Cela respecte les lois de la physique classique. On ne dépasse pas la limite de la vitesse de la lumière dans notre espace einsteinien. Mais, en ouvrant un vortex dans l’hyperespace, on peut voyager entre les galaxies en une fraction de seconde. — C’est une idée commune dans les romans, dit Adrian, qui trouve Meredith trop abstraite. Dans Dune, de Frank Herbert, ou d’autres. Et l’idée est reprise dans un film comme Interstellar, de Nolan. Ou avec le vaisseau USS Enterprise dans les Star Trek. — Star Trek ! Je les ai vus, oui, s’exclame soudain le président. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38468
« Dans trente minutes, poursuit Tina Wang, nous vous donnons une liste de scientifiques. Deux ou trois philosophes, aussi. — Ah ? Pourquoi ? demande Silveria. — Et pourquoi les scientifiques seraient-ils toujours les seuls à être réveillés la nuit ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38469
« Déjà, le succès à cinquante ans, c’est la moutarde qui arrive au dessert. Cette renommée posthume de Miesel accable l’amie plus encore que son injuste invisibilité n’a pu naguère affliger l’éditrice »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38470
« — Dites-moi, maître, savez-vous pourquoi je vous ai choisie, parmi toutes ces têtes de nœud de Denton & Lovell ? — Laissez-moi deviner, monsieur Prior. Parce que je suis sortie en tête de ma promotion à Stanford, peut-être, parce que je suis une jeune femme, sans doute, parce que je suis noire, sûrement. Et aussi parce que je gagne tous mes procès contre les vieux Blancs avec qui vous avez fait Harvard. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38471
« Vous savez, parfois, je me dis qu’on a frôlé la catastrophe, ç’aurait pu arriver avec Air Force One. Vous imaginez ? Deux présidents ? (Cris et applaudissements.) À eux deux, ils auraient fait s’effondrer Twitter le jour même. J’imagine qu’on vous a livré quelques hypothèses scientifiques, celles que l’on a vues partout depuis dans la presse… »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38472
« Ce mal, c’est Elpis, l’Espérance. C’est le pire de tous les maux. C’est l’espérance qui nous interdit d’agir, c’est l’espérance qui prolonge le malheur des hommes, puisque, n’est-ce pas, contre toute évidence, « tout va s’arranger ». Ne peut pas être ce qui ne doit pas être… »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38473
« Il n’a retenu que onze personnages, et devine qu’hélas, onze, c’est déjà beaucoup trop. Son éditrice l’a supplié, Victor, pitié, c’est trop compliqué, tu vas perdre tes lecteurs, simplifie, élague, va à l’essentiel. Mais Victor n’en fait qu’à sa tête. Il a attaqué le roman avec un pastiche à la Mickey Spillane, à propos de ce personnage dont nul ne sait grand-chose. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38474
« Il est difficile de décrire ce qui se passe, aucun mot n’existe tout à fait dans la langue pour définir cette vibration lente du monde, cette pulsation infinitésimale qui, partout sur la Terre, et dans le même instant, affecte aussi bien le chat qui dormait près de la cheminée dans ce chalet de l’Arkansas que l’oie cendrée qui traverse le ciel au-dessus de Bordeaux, et les chutes du Zambèze et les neiges immaculées de l’Anapurna, le pont du Rialto sur le Grand Canal de Venise comme l’artère encombrée du grand bidonville de Dharavi et l’éponge sale posée au bord d’un évier à Montjoux et le vieux pneu crevé dans la cour d’un garage à Mumbai »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38475
« Il lui est aussi arrivé de faire n’importe quoi, comme – à la demande d’un festival – d’adapter En attendant Godot en klingon, cette langue des cruels extraterrestres dans Star Trek. » »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38476
« Fils unique, dernier rejeton d’une branche aristocratique déchue, choyé et adulé par sa mère, il avait raté avec constance ses études et n’avait aucun diplôme lorsqu’il avait rencontré ma mère à peine divorcée. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38477
« ... le nez égaré dans la chatte de Qiu, démontre une nouvelle fois à la jeune femme que la langue, comme disait justement Boris Vian, est un organe sexuel dont on se sert occasionnellement pour parler. »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38478
« Niels et Yolande. C’est bien, la cicatrisation est presque totale, fait observer Yolande à Niels, tout en manipulant sa verge avec délicatesse et professionnalisme. L’heure est plus au médical qu’au divertissement, mais la situation aussi tendue que les seins lourds sous la blouse blanche fait gonfler l’organe en réparation. Niels respire vite. Yolande s’accorde quelques longues de palpation avant de suggérer à Niels de remonter son pantalon. Il range l’objet avec gêne et difficulté. Son regard se pose sur le badge de Yolande. Elle dit en riant : « Je sais, la photo est si vieille que dessus, j’ai l’air jeune. » Il rougit. »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38479
« Le Disciple : J'apprends de mes erreurs, maître. Le Maître : Bien, apprends aussi de celles des autres. Ta vie ne sera pas assez longue pour que tu les fasses toutes. »
Hervé Le Tellier (Demande au muet, disciple : 115 dialogues socratiques de qualité)


#38480
« Le DISCIPLE: Maître, si, selon Lao Tseu, l'échec est le fondement de la réussite et que j'échoue partout, ma réussite est-elle totale? Le MAÎTRE: Veux-tu mon pied dans ton fondement, disciple? »
Hervé Le Tellier (Demande au muet, disciple : 115 dialogues socratiques de qualité)


#38481
« Certes, le résultat était littéralement décevant, mais Podgorski ne s'intéressait guère à ces considérations esthétiques dépassées. Il jeta son dévolu sur A la recherche du temps perdu, qui n'avait jamais si bien porté son nom. »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38482
« Bien, dit Romain, pour résumer, je suis marié, nous avons des enfants, ma femme a rencontré un autre homme... Je suis très malheureux »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38483
« Je pense que l’amour donne du goût au sexe, comme le sel à la cuisine, mais qu’on a aussi le droit de manger sans sel. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38484
« Je pense que le pessimiste est qualitatif et l'optimiste quantitatif,puisqu'il y a de bonnes raisons pour mourir et beaucoup de raisons pour vivre. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38485
« Je pense que mon sexe m'obéit presqu'au doigt mais jamais à l'oeil. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38486
« Je pense que Maurice Biraud avait raison, on ne derait pas demander aux soldats qui tuent un ennemi de téléphoner à ses parents. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38487
« Je pense qu'une scène d'exorcisme entre un prêtre et un possédé met moins en présence Dieu et le Diable qu'un doux dingue et un fou furieux. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38488
« Je pense que l'amour étant une équation à deux inconnus, il ne peut exister de solution unique. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38489
« Je pense que n'en déplaise à Pascal, l'homme est beaucoup plus proche du singe que du roseau. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38490
« Garde-moi, garde-moi, Tu es ma belle page et ma page de garde, Tu es mon garde-fou et moi ton arrière-garde Moi je te garde-corps et je te garde-boue Je te garde-barrière et je te garde-fou Garde-moi, garde-moi, Toi tu me gardes meuble et tu me gardes pêche Me gardes forestier et me gardes champêtre Moi je te garde-chasse et je te chien de garde, Toi tu me mets en garde, et tu me gardes à vous Garde-moi, garde-moi, Tu dis rompez ! Je romps et tu me jeune gardes, me gardes nationale, et me gardes civile, tu me gardes du corps et me gardes des sceaux Et puis tu fais de moi ton doux garde-malade, Garde-moi, garde-moi, Mais je n'y prends pas garde, quand c'est mon tour de garde, Toi, tu baisses la garde, et tu gardes mobile, Tu regardes où trouver la pharmacie de garde, Et puis pour en finir, enfin, tu Gardénal. »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38491
« Comme dit le proverbe, la lune est plus utile que le soleil, car c'est la nuit que nous avons le plus besoin de lumière. Et je me comprends. »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38492
« [...] le rôle du traducteur est de libérer en le transposant le pur langage captif dans l'œuvre. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38493
« Je me demande souvent ce qui serait différent dans le monde si je n’existais pas. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38494
« Vous savez, parfois, je me dis qu'on a frôlé la catastrophe, ç'aurait pu arriver avec Air Force One. Vous imaginez ? Deux présidents ? (Cris et applaudissements) À eux deux, ils auraient fait s'effondrer @twitter le jour même. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38495
« La verité, avec l'amour, c'est que le cœur sait tout de suite et il le crie. Bien sûr, on ne va pas déclarer à la personne qu'on l'aime, comme ça, de but en blanc. Elle ne comprendrait pas. Alors, histoire de se cacher qu'on est déjà son otage, on lui fait la conversation. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38496
« La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38497
« Décidément, vieillir, ce n'est pas seulement avoir adoré les Stones et se mettre à leur préférer les Beatles. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38498
« Donc, vous êtes athée. Je m'en fous, Dieu, pour moi, c'est comme le bridge : je n'y pense jamais. Donc, je ne me définis pas par le fait que je me fous du bridge, et je ne me réunis pas non plus avec des gens qui discutent du fait qu'ils se foutent eux aussi du bridge. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38499
« (...) l'amour, c'est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l'intelligence. (p. 34) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38500
« Personne ne se donne la mort, il n’y a que des suppliciés qui s’échappent en tuant leur bourreau. H Le Tellier l’anomalie p. 271 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38501
« Il est resté là, brisé d’humiliation et de chagrin par cette femme qu’il possède sans que jamais elle n’ait été à lui. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38502
« Il n’est pas donné à tout le monde d’assister de loin à sa propre ruine, d’avoir pitié de soi sans pour autant s’apitoyer sur soi-même. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38503
« Est-ce que Hitler, la Shoah n'existent que dans notre simulation, ou aussi dans quelques autres, est-ce que 6 millions de programmes Juifs ont été assassiné par des millions de programme nazis ? Est-ce qu'un viol, c'est un programme mâle qui viole un programme femelle ? Est-ce que les programmes paranoïaques ne sont pas des systèmes un tantinet plus clairvoyants que les autres ? Est-ce que cette hypothèse folle n'est pas la forme la plus élaborée de la théorie du complot élaborée dans le plus gigantesque des complots possibles ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38504
« Toute certitude poignarde l'intelligence. Pour faire de la mort une mésaventure parmi d'autres, le croyant a perdu la raison. Si le doute a fait de moi un autodidacte de la vie, j'aurai d'autant plus joui de chaque instant. Jamais je ne suis submergé d'émotion mystique, même face aux scintillements glorieux d'un nuage. Sur le point de mourir noyé, je tente de nager, je ne vais tout de même pas prier Archimède. Et en ce jour où je coule, mes yeux s'ouvrent sur des abysses où n'a cours aucun théorème. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38505
« "Si l’argent n'était pas autant surestimé, on lui accorderait moins de valeur"... »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38506
« Un proverbe indien dit que ceux qui mendient en silence meurent de faim en silence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38507
« Puis-je vous rappeler cette phrase de Nietzsche ? « Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu𠆞lles le sont. » P305 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38508
« Nous voulons une réponse à la moindre de nos anxiétés, et un moyen de penser le monde sans remettre en cause nos valeurs, nos émotions, nos actions. P304 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38509
« Nous sommes aveugles à tout ce qui pourrait prouver que nous nous trompons. C𠆞st humain. Nous ne sommes pas rationnels. P304 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38510
« Malgré tout, je n𠆚ime pas trop ce mot de « destin ». Ce n𠆞st qu’une cible qu’on dessine après coup à l𠆞ndroit où s𠆞st fichée la flèche. P302 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38511
« Malgré tout, je n'aime pas trop ce mot de « destin ». Ce n'est qu'une cible qu’on dessine après coup à l'endroit où s'est fichée la flèche. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38512
« Le mathématicien observe cet homme Primaire, et il se conforte dans l'idée désespérante qu'en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38513
« - Continuez à chercher. Même une fourmi laisse une trace. - Une fourmi ailée, pas tant que ça, grimace Mitnick »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38514
« Dans son portefeuille, Victor conserve aussi une photographie de ce père disparu, soustraite à un album, de cette époque où il y en avait, où trop de photos n𠆚vait pas tué la photo. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38515
« Il n’y a que trois destins possibles à une civilisation technique : elle peut bien sûr s’éteindre avant d𠆚rriver à la maturité technologique, comme nous en faisons la magnifique démonstration, avec la pollution, le réchauffement climatique, la sixième extinction, etc. P168 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38516
« Trois personnages, sept, vingt ? Combien de récits simultanés un lecteur consentirait-il à suivre ? p173 »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38517
« Il estime à 27 % ses chances de réussite. Elles auraient pu atteindre 40 % s’il n’empestait pas autant l’alcool, mais d’un autre côté, l’ivresse réduira d’environ 60 % la souffrance née d’un refus. Le probabiliste en a conclu qu’avec tant de chances de se ramasser, autant être ivre. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38518
« il n’a jamais rencontré la femme avec qui traverser un long moment de vie. Ou peut-être choisit-il ses compagnes de manière à être certain de ne jamais y parvenir. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38519
« Lorsqu’un ministre de la Santé coupe dans le budget, qu’il supprime ici un scanner, là un médecin, là encore un service de réanimation, il se doute bien qu’il raccourcit de pas mal l’existence de milliers d’inconnus. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38520
« Comment peut-il être aussi intelligent et aussi fragile à la fois ? Mais l𠆚mour, c𠆞st ne pas pouvoir empêcher le Coeur de piétiner l’intelligence. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38521
« L'espoir nous fait patienter sur le palier du bonheur. Obtenons ce que nous espérions, et nous entrons dans l'antichambre du malheur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38522
« Toute gloire ne saurait être qu'une imposture, sauf peut-être dans la course à pied. Mais je suspecte quiconque affirme la dédaigner d'enrager d'avoir seulement dû y renoncer »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38523
« Comment peut-il croire qu'on sera plus heureux en faisant du mal à d'autres ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38524
« Ils est des amours qui s'additionnent, d'autres qui ne se diviseront jamais. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38525
« ... toi qui a lu et relu Guerre et Paix, tu sais, comme le général Koutouzov, que les deux guerriers les plus puissants sont la patience et le temps. Un autre homme viendra, une autre rencontre, un autre miracle. Je n'en doute pas. J'aimerai de nouveau. Aimer évite au moins de chercher sans cesse un sens à sa vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38526
« Aimer évite au moins de chercher sans cesse un sens à sa vie. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38527
« Il devine que David, en entendant prononcer son prénom trop de fois, a compris. Dans les films de guerre, lorsqu'un soldat pisse le sang et que le sergent lui dit ça va aller, Jim, tu vas quand tirer, Jim, ce n'est jamais bon signe. (p 42) »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38528
« Il ne faut tout simplement pas aimer un être qui vous aime si peu. Pourquoi étaitce si compliqué ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38529
« " Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s'intéresse à personne " »
Hervé Le Tellier


#38530
« Livre, roman ou recueil de 11 nouvelles ? 11 comme le nombre de passagers que nous suivons au fil des pages. Une jubilation intense dans la première moitié du livre, une envie folle de connaitre la suite. Je me suis même surpris à surligner quelques passages incroyables de virtuosité et de profondeur.Mais la deuxième partie est.... là, plus de mot. Le remake du docteur Follamour par un Tarentino sous Xanax..Ca part dans tout les sens, mais sans bon sens ni la verve du début. Et comme souvent, c'est au lecteur de faire sa fin. Si cet ouvrage est un recueil de nouvelles, alors j'en ai adoré 5, d'où la note mitigée. A lire quand même pour la première moitié »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38531
« J’aimerai de nouveau. Aimer évite au moins de chercher sans cesse un sens à sa vie.La religion est un poisson carnivore des abysses. Elle émet une infime lumière, et pour attirer sa proie, il lui faut beaucoup de nuit. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38532
« Willibald prit donc la décision de mettre au point une « pilule de l’oubli ». Il ne doutait guère, s’il y parvenait, que sa fortune fut faite. Tout le monde à quelque chose à oublier : un méfait d’hier dont on a encore honte aujourd’hui, une situation où l’on s’est trouvé tout à fait ridicule, ou tout simplement les reproches éternels (de sa mère, de sa femme, des deux). L’amnésie sélective permettait enfin de gommer le passé, donc de changer le présent. »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38533
« Déjà, le succès à cinquante ans, c'est la moutarde qui arrive au dessert. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38534
« Trois personnages, sept, vingt ? Combien de récits simultanés un lecteur consentirait-il à suivre ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38535
« Avec Piette, je découvrais la maniaco-dépression, le trouble bipolaire. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38536
« ... il ne m'est pas si simple d'aller à la rencontre de la femme que fut ma mère. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38537
« J’ai bien plus besoin de toi que toi de moi. (Hervé Le Tellier à sa mère). »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38538
« Je découvrais tout. J’étais choqué, bouleversé. (Après avoir vu Nuit et Brouillard d'Alain Resnais). »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38539
« Je passais tout mon temps chez mon grand-père où se trouvaient mes jouets, mes jeux de construction et mes puzzles. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38540
« Guy, ainsi, portait la cravate. A priori – ceci posé pour rassurer tout lecteur cravaté-, on n’en saurait rien déduire. D’autant que c’était une cravate simple en soie , passe-partout, ni slim, trop décontracté, ni en tricot, trop risquée car il n’eût su avec quoi la porter. Elle était presque toujours unie, dans les bleus profonds, mais il arrivait qu’une très fines rayures l’égayât. Je lui avais offert des cravates d’autres coloris, ou aux motifs fantaisie, en vain. Elles avaient échoué au fond d’un tiroir, au mieux. Les autres, une cinquantaine, étaient suspendues à une longue double tringle métallique dans son placard et j’aurais été bien incapable de les distinguer entre elles. Il était trop court de buste et pas assez fort de col, et il choisissait ces cravate trop longues. Il avait beau en coincer l’extrémité dans le pantalon, elle finissait toujours par s’échapper, pour flotter de manière incontrôlée sur la boucle de ceinture. J’ignore d’où lui venait son goût pour cette bande d’étoffe décorative. Enseigner l’anglais dans le secondaire n’exigeait guerre qu’il en portât une. J’imagine qu’inconsciemment il s’agissait pour lui d’établir avec ses élèves une ligne Maginot vestimentaire infranchissable. A moins que la tradition anglaise, « Tie », qui signifie aussi, « lien », « attache », ne soit une clef d’analyse. Quoi qu’il en soit, une fois rentré chez nous il ne la retirait pas, ne desserrait même pas le col. Longtemps je mis cela sur le compte de la fatigue. Arriva l’âge de la retraite. Il ne l’abandonna pas. Il nouait son nœud tous les matins, par tous temps, en toutes circonstances. Il la portait indifféremment sous une veste, sous un pull, un blouson, un anorak, tout cela convergeant pour lui conférer l’allure d’un vigile d’une société de gardiennage. Au sport d’hiver, ses mauvais genoux l’empêchaient de skier mais il y emmenait parfois mon fils, il portait la cravate jusqu’au bas des pistes de ski, et il pouvait même manger une fondue, cravaté, dans les restaurants d’altitude. J’ai la photo. L’ôter pour dormir où se baigner devait être un déchirement. Son conformisme était si extrême qu’il confinait à l’originalité. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38541
« J’ai compris pourtant vite qu’il était difficile d’accorder le moindre crédit à ce que ma mère racontait. Ce n’était pas qu’elle aimât particulièrement mentir, mais accepter la vérité exigeait trop belle. Elle accumulait ainsi les mensonges, et elle les imposait à tous. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38542
«     À quoi tu penses ? Je pense que les hommes de paille ont peut-être été un jour des fœtus de paille. p.12 »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38543
«     À quoi tu penses ? Je pense que certaines filles maigres comme des clous me rendent marteau. p.11 »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38544
«     À quoi tu penses ? Je pense que tout à l'heure, j'ai vu, écrit dans la crasse d'une voiture très sale, « existe également en blanc ». p.10 »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38545
« Mais j'ai décidé que cette fêlure était peut être aussi ma force, que c'était par ces craquelures que la vie entrait chez moi. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38546
« Il y a aussi ma fragilité, mon à fleur de peau. Louis Jouvet disait à ses élèves:" Soyez émouvants ,pas émus". Mais je n'y parviens pas. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38547
« Il y avait un homme sur le toit, un véritable colosse noir, armé d'un fusil-mitrailleur si petit qu'on aurait dit un jouet. Philippe, quoique incapable d'en reconnaître la marque, devina néanmoins que c'était le genre d'engin avec lequel on ne discutait pas. (p.16) »
Hervé Le Tellier (La disparition de Perek)


#38548
« Le Disciple : Maître, à partir de quel quantité de mal y a-t-il plus de mal que de peur. Aïe! Vous m'ave fait mal maître! Le Maître : Parfait. C'est à partir d'ici, disciple. »
Hervé Le Tellier (Demande au muet, disciple : 115 dialogues socratiques de qualité)


#38549
« Le disciple : Maître, si je me réveille cette nuit, comment savoir si je ne suis pas aveugle ? Le Maître : Dors, disciple, il est tard. »
Hervé Le Tellier (Demande au muet, disciple : 115 dialogues socratiques de qualité)


#38550
« On n'aime jamais personne mais seulement des qualités. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38551
« Je pense qu’on n’aime que les êtres qui peuvent vous détruire, à moins qu’il n’y ait que les êtres que l’on aime qui puissent vous détruire. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38552
« Je pense qu’il existe deux jalousies, celle qui pousse à se tuer par amour-propre, et celle qui pousse à tuer par amour-propre. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38553
« Je pense qu’un jour j’irai poser sur ta tombe : « Remords éternels ». »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38554
« Je pense que la grande force de la littérature (et aussi sa faiblesse) c’est qu’elle ne sait pas faire Le Retour du fils de Belle du Seigneur. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38555
« On s'ennuyait. On consacrait le matin à l'inventaire des courses nécessaires, on allait les faire à la ville, on prenait un café sur la grand-place puis le mercure se mettaient à monter et on rentrait à la maison. On déjeunait ; on débarrassait, on faisait la vaisselle avant l'invasion des fourmis. Il faisait trop chaud pour faire a sieste. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38556
« Je pense que si je te dis que sous cet angle exactement , tu es incroyablement belle,tu vas te vexer. Ca y est tu as bougé. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38557
« Je pense qu'écrire avec des larmes c'est courir le risque d'être illisible. »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38558
« Yves. Yves, Anna Stein a beau le répéter, elle ne trouve pas de charme à son prénom.Elle en eut préféré un autre, moins daté. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38559
« Si un programme désire, aime et souffre, quels sont les algorithmes de l’amour, de la souffrance et du désir ? Est-ce que je suis programmée pour me mettre en colère en découvrant que je suis un programme ? Est-ce que j’ai un libre arbitre, malgré tout ? Est-ce que tout est prévu, programmé, inévitable ? Quelle dose de chaos est incluse dans cette simulation ? Il y a du chaos, au moins ? N’y a-t-il aucun moyen de prouver que non, ouf, en fait, nous ne sommes pas dans une simulation ? Vivons-nous dans un temps qui n’est qu’une illusion, où chaque siècle apparent ne dure qu’une fraction de seconde dans les processeurs du gigantesque ordinateur ? Qu’est-ce que la mort alors, sinon un simple « end » écrit sur une ligne de code ? Est-ce que Hitler, la Shoah n’existent que dans notre simulation, ou aussi dans quelques autres, est-ce que six millions de programmes juifs ont été assassinés par des millions de programmes nazis ? Est-ce qu’un viol, c’est un programme mâle qui viole un programme femelle ? Est-ce que les programmes paranoïaques ne sont pas des systèmes un tantinet plus clairvoyants que les autres ? Est-ce que cette hypothèse folle n’est pas la forme la plus élaborée de la théorie du complot élaborée dans le plus gigantesque des complots possibles ? »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38560
« Il est des œuvres si lumineuses qu’elles nous font honte de la pauvre vie à laquelle nous nous résignons, qu’elles nous adjurent d’en mener une autre. Un livre peut suffire à cette tâche. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38561
« Je comprends que ce que je t’offre c’est d’avoir peur. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38562
« Personne ne se donne la mort, il n'y a que des suppliciés qui s'échappent en tuant leur bourreau. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38563
« Quitte à désespérer de tout, autant le faire en terrasse à Paris. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38564
« Une civilisation peut bien sûr s'éteindre avant d'arriver à maturation technologique, comme nous en faisons la magnifique démonstration, avec la pollution, le réchauffement climatique, la sixième extinction... »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38565
« L’oasis cela signifie l�u au cœur du désert, c𠆞st un lieu de paix et de partage, alors je l𠆚i fait tatoué quand j𠆚vais 20 ans, parce qu’il symbolise l𠆞spoir d’une nouvelle vie ici après la guerre, c𠆞st un porte-bonheur, tu comprends [...]. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38566
« L’univers entrait en elle à chaque inspiration et peu à peu, elle en reprenait possession. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38567
« Le s’écoule, et il désarme la souffrance. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38568
« Livre incompréhensible »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38569
« La première fois qu'Arien avait vu Meredith, il l'avait trouvé franchement laide. Une telle impression est passagère, les meilleurs auteurs le lui auraient confirmé. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38570
« People have the right to know. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38571
« l'anomalie c'est le prix goncourt. plus de suspense a la moitie du livre. on s'y perds avec tous les personnages avec un manque de profondeur. »
Hervé Le Tellier (L'anomalie)


#38572
« " Personne ne vit assez longtemps pour savoir à quel point personne ne s'intéresse à personne " »
Hervé Le Tellier


#38573
« Le 6 septembre 1988. Cher François, Je viens de lire, sur tes bons conseils, un livre d'un écrivain que tu admires beaucoup, Jacques Chardonne. Par la suite, j'ai été stupéfait d'apprendre qu'il était plus qu'un collaborateur. C'était un nazi, un antisémite viscéral. Le savais-tu ? Reçois mon amitié. Hervé. »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38574
« Que seraient les barricades de juin 1832 sans Gavroche, que serait Carthage sans Salammbô, et l’histoire toute entière sans la puissance de la fiction ? »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38575
« 19- Je trouve l’expression « Français de l’étranger » quelque peu étrange. 20- Combien de temps un « Français de l’étranger » doit-il passer à l’étranger pour, de Français, devenir un étranger ? 21- Ce temps est-il plus court que celui qu’il faut à un « étranger de France » pour devenir français ? »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38576
« Une église sur le fronton de laquelle était écrit : « Ah qu’il est bon le bon Dieu ! » Ce n’était pas de l’humour, d’autant qu’à tout prendre, un « Ah qu’elle est vierge la Vierge Marie ! » eut été plus amusant. »
Hervé Le Tellier (Toutes les familles heureuses)


#38577
«     À quoi tu penses ? Je pense qu'en roulant sur l'autoroute, on aperçoit de très jolis châteaux, où l'on aimerait bien habiter. Et puis on se rappelle qu'ils sont près de l'auto- route. p.12 »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38578
«     À quoi tu penses ? Je pense que je suis incapable de résister à une femme à qui je plais, et je m'en moque d'être un type facile. p.10 »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38579
«     À quoi tu penses ? Je pense qu'en 1514, personne n'aurait pu imagi- ner 1515 Marignan. p.10 »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38580
«     À quoi tu penses ? Je pense que l'oreille absolue existe, mais pas le nez absolu, ni l'œil absolu, ni même le sexe absolu, et au demeurant, je me demande ce que ça pourrait bien être si ça existait. p.10 »
Hervé Le Tellier (Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable)


#38581
« Où viennent se ranger nos souvenirs? Broca a prouvé que l l'hémisphère cérébral gauche contrôle la parole, Penfield soutient que les lobes temporaux accueillent la mémoire. Un arrangement de neurones, une chimie du cerveau stockerait donc ces images, ces odeurs et ces sons que j appelle le souvenir de toi. Pourquoi mes mains elles- mêmes gardent-elles la mémoire de ta peau? »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38582
« Morad tu sais ce que c'est la tristesse? Tu te souviens de ton père, Morad ? Qu'est qu'il aimait faire avec Morad,par exemple ? Mon mari aimait chanter ,mais moi je ne sais pas chanter. Et toi Morad, tu sais chanter? et sans un mot l'enfant dessine un petit ours. Elle dit quoi la chanson ? "J'ai un petit nounours très doux et beau" L'enfant sourit à Anna et hoche la tête , oui il connait la chanson....Il a droit à avoir du chagrin lui aussi . »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38583
« C'est quoi du chagrin? C'est ce qu'un petit garçon a demandé à Anna . La mère n'a jamais osé dire à l'enfant que son père était mort sur un chantier il y a deux ans .Elle avait seulement su dire: ton papa n'est plus là. Il est parti. Cette absence, l'enfant la vit comme une honte indicible, il feint d'attendre , en vain le retour de son père , mais il a sans doute tout compris. P 201 »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38584
« Il a posé sa paume avec délicatesse sur l'écorce du grand ficus, comme contre la paume ridée d'un vieil ami , mais l'écorce s'est contenté d'être froide , rugueuse et humide , et de répéter à sa manière d'arbre : "Tu es vieux". »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38585
« LE DISCIPLE : Maître avec vous j'apprends la modestie. LE MAITRE : Disciple, ne soit pas si humble alors que tu n'est pas si grand. »
Hervé Le Tellier (Demande au muet, disciple : 115 dialogues socratiques de qualité)


#38586
« Dans ce roman, un double posé donnera naissance à un chapitre à un seul personnage, un simple à un chapitre à deux personnages, exceptionnellement trois si l’un des personnages n’agit ni ne parle. Le double zéro est un cas intéressant : il créera un chapitre avec deux personnages secondaires, ou un seul. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38587
« Que celle – ou celui – qui ne veut pas – ou plus – entendre parler d’amour repose ce livre. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38588
« Tu t’emplis de ce silence où nous sommes encore ensemble, en prévision d’un plus long à venir, où nous ne le serons plus. »
Hervé Le Tellier (Assez parlé d'amour)


#38589
« Monsieur le Président, Cher Jacques Chirac, Je vous ai vu hier à la télévision avec votre épouse Bernadette. Avec sa permanente et son tailleur, elle n'avait pas l'air, comment dire ? accomodante (je sais bien que le bon français exigerait que j'écrive "l'air accomodant " sans accorder avec le féminin, mais vous verrez l'usage finira par faire loi). Bref, pour revenir à Bernadette, j'ai moi-même été naguère fiancé à une femme d'un caractère difficile, pour tout vous dire un vrai dragon. La mienne s'appellait Madeleine, donc, c'est sans rapport. Recevez mes meilleurs sentiments. Hervé Le Tellier »
Hervé Le Tellier (Moi et François Mitterrand)


#38590
« Le point de vue de Radio-Londres "Mona Lisa n'a pas envie de rire..." Je répète: "Mona Lisa n'a pas envie de rire..." »
Hervé Le Tellier (Joconde jusqu'à 100 : 99 (+1) points de vue sur Mona Lisa)


#38591
« Aucun auteur n'écrit le livre du lecteur, aucun lecteur ne lit le livre de l'auteur. Le point final, à la limite, peut leur être commun. »
Hervé Le Tellier


#38592
« Le journaliste a deux ennemis : la censure et l'information. »
Hervé Le Tellier


#38593
« Ce soir d’octobre, donc, devant ses proches, l’architecte présentait avec un enthousiasme communicatif le Taj Mahal, célèbre mausolée, élevé près d’Agra, de 1622 à 1628, par l’empereur Chah Dahan à la mémoire de sa femme Itimad-Ud-Daula, lorsqu’une voix dubitative l’interrompit. – Veuillez m’excuser, Jacopone, mais ceci n’est absolument pas le Taj Mahal… – Pardon ? Comment ? Ce n’est pas le Taj Mahal? – Non, je suis désolé, cher ami, mais il s’agit du Grand Casino de la Bourboule. Je ne peux pas me tromper, j’y ai encore perdu 5 000 francs voici deux semaines. »
Hervé Le Tellier (Encyclopædia inutilis)


#38594
« J’ai pour ceux qui échouent une complaisance fraternelle, leurs errances excusent mes faiblesses. »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38595
« Le quart d’heure d’une vie suffit à résumer une vie, la mienne en tout cas. »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38596
« Les trop belles femmes ne m’attirent pas, à cause de ce refus de séduire qu’elles affichent, de cette hostilité froide qui suinte d’elles, qui leur évite d’être trop importunées. »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38597
« Je me demande même parfois si, quand un couple réserve une chambre avec vue, il n’y en a pas toujours un qui contemple l’autre tandis que le second veut seulement admirer la vue. »
Hervé Le Tellier (Electrico W)


#38598
« "Tu sais quoi ? L'acte sexuel est dans le temps ce que le tigre est dans l'espace" "C"est de toi ?" "De Bataille", répond Anna avant d'engloutir un pénis dodu entre ses lèvres. Bataille? Harry ne connait pas »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38599
« "Fesse, queue, doigt, advienne que pourra" disait Prévert »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38600
« Elle est aussi bien de fesses que de face »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38601
« Zach et Anna. Sous un porche de la rue des Francs-Bourgeois, Zach s’adosse au mur et attire Anna à lui. Par un entrebâillement des étoffes, il glisse la fraîcheur de ses vieilles paumes enseignantes sur la chaleur des jeunes fesses étudiantes. il murmure à l’oreille d’Anna une phrase de Georges Bataille : « L’acte sexuel est dans le temps ce que le tigre est dans l’espace », dont la signification lui a toujours quelque peu échappé. « À demain », lui répond Anna en s’éclipsant dans l’escalier. C’est rageant : dans le caleçon de Zach, le sildénafil, molécule subrepticement avalée sous la forme d’un comprimé bleuté, fait peu à peu inutilement effet. »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38602
« Anna et Ben. Ensuite, Ben ouvre les rideaux. Il fait déjà nuit. On est en janvier. La lumière rouge et bleue du néon de l’Holiday Inn de la place de la République fauvise le corps longiligne d’Anna, allongée nue sur le dos et le drap. Lui s’agenouille au bord du lit, embrasse ses pieds, écarte ses cuisses, saisit ses hanches et l’attire à lui. Anna ferme les yeux. Elle ne comprend pas un mot de ce que lui dit Ben alors qu’il la pénètre et commence son lent va-et-vient. Elle regrette d’avoir fait allemand-espagnol. Tiens, si, elle comprend le mot darling. Il lui semble terriblement out. »
Hervé Le Tellier (La chapelle Sextine)


#38603
« Le Disciple : Est-il vrai, ô maître, comme le dit le philosophe français, qu'un intellectuel assis aille moins loin qu'un con qui marche? Le Maître : Non, disciple, dès lors que l'intellectuel a songé à s'asseoir dans une voiture. »
Hervé Le Tellier (Demande au muet, disciple : 115 dialogues socratiques de qualité)


?
Vous souhaitez en savoir plus sur Hervé Le Tellier ? Alors vous devriez probablement jeter un oeil par ici..

Le contenu de cette page a été mis à jour pour la dernière fois le dimanche 13 juin 2021.
Il était alors 16:27:27 (Heure de Paris, France, planète Terre - Univers Connu).
mandarin : 你的预感 | français : Mon Ange | anglais : My angel | mandarin : 拉兰德 | espagnol : Una corazonada de ti | allemand : Neuigkeiten hinter der Scheibe. | anglais : To the wrath of the righteous | français : Une intuition de toi | français : Qui est Seth Messenger ? | mandarin : 正义的愤怒 | anglais : You would like to read more? | français : Mon nom est Pierre | français : Patience | anglais : A hunch of you | anglais : The Wait | allemand : Wer ist Seth Messenger? | allemand : Mein Engel | anglais : New beginning | allemand : Die Lande | espagnol : Mi nombre es Peter | allemand : Auf die Wut des Gerechten | espagnol : La Lande | français : Aux colères du juste | espagnol : ¿Quién es Seth Messenger? | anglais : My name is Pierre | mandarin : 来自玻璃后面的消息 | espagnol : Va a pasar cerca de ti. | français : Ca arrivera près de chez vous | espagnol : Nuevo comienzo | allemand : Neuer Anfang | anglais : Who is Seth Messenger? | mandarin : 耐心 | anglais : The Moor | allemand : Geduld | espagnol : Paciencia | anglais : It's going to happen near you | mandarin : 我的天使 | français : La Lande | espagnol : A la ira de los justos | mandarin : 我叫彼得 | espagnol : Noticias desde detrás del cristal | anglais : News from behind the glass | mandarin : 你想多读些吗? | allemand : Mein Name ist Pierre. | allemand : Möchten Sie mehr lesen? | français : Nouveau départ | espagnol : Mi ángel | français : Vous aimeriez en lire d'avantage ? | allemand : Es wird in Ihrer Nähe passieren. | mandarin : 赛斯信使是谁? | français : Des nouvelles de derrière la vitre | espagnol : ¿Le gustaría leer más? | allemand : Eine Ahnung von dir | mandarin : 它会发生在你附近。 | mandarin : 新开始 |
Vous êtes déconnecté(e).
Connectez-vous pour accéder à l'intégralité des contenus et services offerts par ce site.
Ca arrivera près de chez vous
(0% lus)
aa AA {}
Qui est Seth Messenger ?
Langue (français)
Seth Messenger .fr
" Sois le changement que tu souhaites voir en ce monde." (Ghandi)
Histoires courtes
Citations
Emissions
Connectez-vous pour accéder à tous les contenus gratuitement. Pas encore inscrit, n'hésitez pas, c'est gratuit. Inscription.
Vous êtes connecté sur ce site et pouvez donc accéder librement à l'intégralité de ses contenus et fonctionnalités. Merci pour votre confiance et bonne lecture !
Déconnexion.


Sommaire
Texte Texte Quote Code Image
Inscrivez-vous en quelques secondes, c'est gratuit !
Votre prénom :
Votre nom :
Votre mail :
Inscription
Chargement en cours..
sethmessenger.fr
Version Française English Version
Traduction Header
..
Adm
Trad Inactive
HideW